Théâtre
Avignon OFF : Le Baptême, Laurent Bazin nous plonge dans la VR

Avignon OFF : Le Baptême, Laurent Bazin nous plonge dans la VR

21 juillet 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le très talentueux Laurent Bazin est au Grenier à sel jusqu’à ce soir seulement, pour un thriller fantastique totalement immersif.

Nous entrons dans le Grenier à sel qui est devenu un lieu dédié aux formes numériques. On pouvait d’ailleurs y voir l’hiver avant le covid le travail de Lionel Vivier, qui expose en ce moment aux Rencontres d’Arles.

Donc, nous entrons et nous sommes équipés, d’abord de casques audio dont les écouteurs se collent aux tempes. Puis nous poussons un rideau, et là, une salle s’offre à nous, nous prenons place, nous nous munissons de casques VR guidés par la voix et la présence de Fabien Joubert. Il va être notre allié, notre lien avec le monde réel, celui de la salle de spectacle car la sensation d’enfermement peut être rapide : masque sur le nez et la bouche, casque sur les oreilles et les yeux. Nous sommes devenus une boite noire dans laquelle l’histoire va se plonger, nous immerger à 360 degrés.

Sur la scène virtuelle, nous sommes à Paris. Éric a fait une connerie, il a violenté sa maîtresse lors d’un jeu sexuel consentant, et il a la sensation que les choses ont dérapé. La sensation seulement, il ne souvient de rien. Les corps et les visages des personnages nous envahissent dans une image saturée de blanc, où la couleur n’existe plus. Svend Andersen, Flavien Bellec, Cécile Chatignoux, Jeanine Choserot, Céline Clergé, Laurent Cyr, Mona El Yafi, Joseph Hernandez, Frederic Jeannot, Marie-Anne Mestre, Céline Toutain n’ont pas de voix, c’est Fabien Joubert qui raconte, seul. 

La question de la pièce est éthique :  faut-il soigner le mal à la racine ? C’est à dire de façon génétique ?

C’est fascinant et techniquement passionnant. Laurent Bazin déborde le théâtre, déborde le cinéma. Il s’inscrit dans ce champ ultra-moderne du spectacle vivant. D’ailleurs, vous n’imaginez pas à quel point vous plongerez au sens premier du terme dans la réalité !

Au Grenier à Sel jusqu’au 21 à 17 heures et 18 h 30. Durée 1h

Critique : Dans les sous-bois d’Italie avec Chasseurs de truffes
The Museum, la banalité du mal de Bashar Murkus au Festival d’Avignon
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture