Cirque
Avignon OFF, truculent Concerto pour deux clowns

Avignon OFF, truculent Concerto pour deux clowns

27 juillet 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Non, le Festival d’Avignon n’est pas totalement fini, le OFF continue pour certains lieux jusqu’au 31 juillet. C’est le cas de La Factory (Théâtre de l’Oulle) qui, jusqu’au bout, nous permet de rire aux éclats du talent et du second degré de ces rois vagabonds.

Concerto pour deux clowns est un tube du OFF, il  a même reçu le Prix du Public Avignon off 2013, et pour cause, en matière de tout public, la pièce est d’une maîtrise rare. Elle séduira les enfants dès 5 ans et un public mixte, à la fois les amateurs des scènes plus humoristiques et ceux friands de spectacle vivant.  

Julia Moa Caprez est d’abord violoniste, elle raconte être tombée dans Vivaldi à 4 ans et elle maitrise les 4 saisons dans toutes les postures. Lui, Igor Sellem est plutôt arrivé là par la gym. Eux deux revendiquent la posture clownesque : teint blanc pour elle ( et tenue de Marie-Antoinette) et nez rouge pour lui ! Et ils nous font rire dès leur premier numéro d’équilibriste qui semble dire : « non, nous ne sommes pas que des clowns ».

C’est une déclaration d’amour folle et déjantée qu’ils déclarent aux saltimbanques, eux qui maitrisent tout : la voix, la musique (violon, tuba et cornet), la danse, l’humour, les acrobaties…font justement tout au huitième degré.  Et si l’on veut bien faire l’effort de ne pas chercher tout le temps à se marrer, de regarder vraiment, on réalise la beauté du geste et sa technicité.

On les suit partout, du fond des mers jusqu’au plafond (tout cela est vrai) dans ce moment délicieux, populaire au sens bienveillant du terme. Un spectacle idéal pour décélérer après un Festival d’Avignon ayant charrié des pièces aux sujets très violents. 

A la Factory (Théâtre de l’Oulle) jusqu’au 31 à 18H20, durée 1H10.

Visuel : Affiche Concerto pour deux clowns.

[Cannes 2021, Un certain regard] Un monde, film choc nécessaire et déchirant
[Cannes 2021, Cannes Première] Cette musique ne joue pour personne, sympathique rêverie signée Samuel Benchetrit
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture