Cinema
[Cannes 2021, Cannes Première] Cette musique ne joue pour personne, sympathique rêverie signée Samuel Benchetrit

[Cannes 2021, Cannes Première] Cette musique ne joue pour personne, sympathique rêverie signée Samuel Benchetrit

27 juillet 2021 | PAR Geoffrey Nabavian

Apparaissant d’abord comme une suite de saynètes assez bricolée – mais pas avare en idées – ce film fantaisiste fait converger tous ses fragments vers un même point, et se révèle donc sympathique.

Dans une zone industrielle jouxtée par quelques pavillons, une galerie de personnages décalés s’activent. Au centre se trouve Jeff (François Damiens), patron d’apparence massive avec beaucoup d’hommes de main, qui prend en fait des cours de poésie. Sous ses ordres, il y a notamment Jacky (Gustave Kervern), envoyé pour faire payer un homme endetté auprès de Jeff, qui s’avérera être mort : ne reste que sa femme, Suzanne (jouée par Vanessa Paradis), pourvue d’une seule obsession, parvenir à jouer une pièce de théâtre sur Simone de Beauvoir. Et puis, il y a aussi la fille de Jeff, mal-aimée dans son lycée : son père envoie donc deux de ses hommes de main pour forcer ses condisciples de classe à venir à son anniversaire…

Un peu plus tard dans le film, avant de se préparer à exécuter un jeune homme qui l’a trahi, Jeff lui parle de la lassitude qu’il croit éprouver auprès de sa femme. Quant à Jacky, il finit par se retrouver engagé pour jouer le rôle de Jean-Paul Sartre dans la pièce de Suzanne. Devant Cette musique ne joue pour personne, on se demande pendant un petit moment où Samuel Benchetrit, à la réalisation ici, veut aller. Heureusement, cette galerie fantaisiste débouche à terme sur un joli final, où l’on comprend que tout ceci était destiné à nous montrer des cœurs en peine, trouvant de quoi se réconforter à la suite d’accidents inattendus. L’unité de ce long-métrage existe bien. D’ailleurs, son atmosphère générale en témoigne : même si la « trame » part dans tous les sens, un même climat règne tout du long, et n’est jamais lâché.

Montré au sein de la nouvelle section Cannes Première à Cannes 2021, ce nouveau long-métrage réalisé par Samuel Benchetrit empoigne un thème pas nouveau, avec une forme jolie mais pas extrêmement risquée non plus. Mais même si son idée générale est mince, il va au bout d’elle. On peut donc le trouver sympathique, et rire de bon cœur pendant le temps de la projection aux idées loufoques qui sous-tendent ses scènes, pas totalement marquantes mais plaisantes.

Cette musique ne joue pour personne est présenté au Festival de Cannes 2021 dans le cadre de la nouvelle section Cannes Première. Il sortira dans les salles de cinéma françaises le 29 septembre.

Retrouvez tous nos articles sur les films du Festival dans notre dossier Cannes 2021.

Visuel 1 : affiche du film

Visuel 2 : © UGC Distribution

Avignon OFF, truculent Concerto pour deux clowns
[Cannes 2021, Cannes Première] JFK revisited – Through the looking glass, vaste documentaire signé Oliver Stone
Geoffrey Nabavian
Parallèlement à ses études littéraires : prépa Lettres (hypokhâgne et khâgne) / Master 2 de Littératures françaises à Paris IV-Sorbonne, avec Mention Bien, Geoffrey Nabavian a suivi des formations dans la culture et l’art. Quatre ans de formation de comédien (Conservatoires, Cours Florent, stages avec Célie Pauthe, François Verret, Stanislas Nordey, Sandrine Lanno) ; stage avec Geneviève Dichamp et le Théâtre A. Dumas de Saint-Germain (rédacteur, aide programmation et relations extérieures) ; stage avec la compagnie théâtrale Ultima Chamada (Paris) : assistant mise en scène (Pour un oui ou pour un non, création 2013), chargé de communication et de production internationale. Il a rédigé deux mémoires, l'un sur la violence des spectacles à succès lors des Festivals d'Avignon 2010 à 2012, l'autre sur les adaptations anti-cinématographiques de textes littéraires français tournées par Danièle Huillet et Jean-Marie Straub. Il écrit désormais comme journaliste sur le théâtre contemporain et le cinéma, avec un goût pour faire découvrir des artistes moins connus du grand public. A ce titre, il couvre les festivals de Cannes, d'Avignon, et aussi l'Etrange Festival, les Francophonies en Limousin, l'Arras Film Festival. CONTACT : [email protected] / https://twitter.com/geoffreynabavia

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture