Théâtre

Au Festival d’automne, des jeunes acteurs jouent un Casimir et Caroline énergique mais un peu léger

Au Festival d’automne, des jeunes acteurs jouent un Casimir et Caroline énergique mais un peu léger

06 novembre 2013 | PAR Christophe Candoni

 

 

André Wilms réalise un beau travail de troupe en montant Casimir et Caroline dans le cadre des « paroles d’acteurs de l’Adami » pour le festival d’automne. Il signe une version fraîche, énergique, musicale, en clair-obscur de la pièce d’Odon von Horvath, empreinte d’un humour caustique et distancié qui vire parfois au cliché et rend le spectacle plaisant mais simpliste, sans supplément d’âme.

L’entrée en matière surprend et ravit. Chacun des dix jeunes acteurs issus de la sélection Talents Cannes Adami 2013 se présente l’un après l’autre comme lors d’un défilé de mode, il détaille son cv, ses mensurations, et surtout son numéro Pôle emploi, un moyen malicieux de faire entrer en écho son époque et celle des années 1930, chacune traversée par la crise économique. L’angoisse et la précarité qui touchent ces artistes aujourd’hui a visiblement quelque chose à voir avec celle que doit affronter Casimir. Il vient de perdre son emploi de chauffeur et se retrouve au chômage. Il aime Caroline, il a peur de la perdre. Elle, veut vivre, s’amuser, innocemment, et pourquoi pas avec des hommes plus âgés,  plus chics et plus riches, tels un tailleur ou un patron, un rêve illusoire d’élévation sociale qui conduit les cœurs à l’errance et à la destruction. C’est ainsi qu’Horvath dépeint une jeunesse sans joie à la Fête de la bière.

Munich, ses longues tables et bancs de bois, ses chopes qui coulent à flot, l’atmosphère grouillante, étourdissante de la fête qui bat son plein sont illustrés dans un décor très simple, un poil littéral et par la bande-son évocatrice des attractions foraines. On devine au loin le fascinant zeppelin qui file sous les yeux ébaubis des acteurs, suspendus aux fenêtres, hurlant des hourras, rêvant d’ailleurs, un moment délicat comme le sont aussi tous les instants chantés  en allemand. Mais est-ce la direction d’acteurs d’André Wilms, acteur fétiche du regretté  Grüber et de Kaurismäki, ou bien la jeune troupe elle-même, certes pleine d’allant et au jeu très concret, qui fait plier le texte magnifique et ses personnages déchirants sous une approche « beaufisée », dessinant à gros traits les situations et les protagonistes et survolant ainsi la complexité de l’humanité vacillante qui est présentée ? Cette tendance fait défaut au spectacle qui manque d’âpreté et surtout d’émotion.

photo Vincent Pontet

Infos pratiques

[Live report] Fortune au Silencio : synthpop onéreuse et exaltée
Les vernissages de la semaine du 6 novembre
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III).Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *