Actu

Décès du comédien André Wilms à 74 ans

10 février 2022 | PAR Marion Allard-Latour

Connu du grand public pour son rôle de Jean Le Quesnoy dans La vie est un long fleuve tranquille, André Wilms est décédé à l’âge de 74 ans. D’Aki Kaurismäki à Tonie Marshall pour le cinéma et Jean-Pierre Vincent au théâtre, tous les plus grands metteurs en scène lui ont fait appel.

Avant tout homme de théâtre, André Wilms fit ses débuts dans une pièce de Klaus Michael Grüber, le Faust-Salpêtrière (1975). Toujours durant cette décennie, il intègre le théâtre national de Strasbourg alors dirigé par Jean-Pierre Vincent. Il collabore alors avec des metteurs en scène de renom comme André Engel. Dans les années 1980, il multiplie les seconds rôles au cinéma jusqu’au succès de La vie est un long fleuve tranquille (1988) d’Étienne Chatiliez. Le public a également pu le retrouver chez Valeria Bruni-Tedeschi (Un château en Italie) et bien évidemment Aki Kaurismäki (Juha, Le Havre).

Une carrière théâtrale prolifique

Jusqu’en 2019 et son interprétation dans La Fin de l’homme rouge, André Wilms s’est toujours consacré à sa première passion, celle des planches. De Deborah Warner à Jacques Lassalle, il aura su trouver des rôles à la mesure de son talent. La maison de poupée d’Ibsen ou le Tartuffe de Molière montre la variété de son répertoire. 

Père de l’ancien directeur du Nouveau théâtre de Montreuil, Mathieu Bauer, ils ont travaillé ensemble sur plusieurs spectacles. 

André Wilms disait avec justesse que « les plus grands metteurs en scène n’avaient pas besoin de parler ». 

L’ancien président du Festival de Cannes, Gilles Jacob, lui a rendu hommage sur Twitter. 

Visuel : © Laetitia Larralde

 

 

Carnet de bord # 1 Ah, les rats ! Par Jean Lambert-wild
Une Amérique parcellaire à l’Athénée
Marion Allard-Latour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture