Pop / Rock
[Live report] Fortune au Silencio : synthpop onéreuse et exaltée

[Live report] Fortune au Silencio : synthpop onéreuse et exaltée

06 novembre 2013 | PAR Bastien Stisi

Fortune BlackboardLes quatre français de Fortune fêtaient hier soir dans la lumière tamisée du Silencio parisien la sortie de leur second album Blackboard (disponible depuis lundi), tableau noir lumineux et électro pop parcouru à l’aide d’une craie sonore faite de synthés, de guitares et d’envolées vocales exaltées.

Une flopée d’EP balancée à la volée entre 2007 et 2011, un premier album, Staring At The Ice Melt sorti il y a deux années, une expertise scénique largement validée par de longs mois de tournée, et un début de concert ultra privé dans le lieu lynchien perturbé d’entrée par quelques pannes techniques sur le très new wave « Island » : une fois n’est pas coutume, peu de chance au démarrage pour le très généreux quatuor parisien (« fortune » veut pourtant aussi dire « chance » en anglais…)

Quelques bidouillages machinistes plus tard, déjà, les synthétiseurs, les ordinateurs et leur leader vocal Lionel Pierres reprennent le contrôle de leur release party très dandy, et injectent dans les veines cosys et élégantes du Silencio l’électro pop sucrée et cependant intelligible issue de leur dernier album, aussi bien saupoudrée de new wave très eighty, d’électro rock gonflée, de synthpop portée par l’exotisme des îles que d’électro disco scintillante.

Des morceaux aux mélodies crescendo, des légèretés textuelles déclinées par un timbre vocal gandin, les sifflements et la pop groovy du tube « Blackboard » (dont le clip officiel sort justement aujourd’hui), et une ultime bacchanale de synthés criards et excentriques pour ponctuer la soirée : le Silencio ne propose plus de French Pearl à ses adhérents adeptes d’absinthe et de rhum, mais sait toujours aussi bien choisir les troubadours 2.0 en charge de l’animation musicale du lieu. Note idéale sur le scintillant tableau noir des Fortune, et acclamation appuyée pour les très bons élèves de la scène pop hybride française.

Visuel : © pochette de Blackboard de Fortune

Dialogues des carmélites à l’opéra de Lyon : La révolution nationale au Carmel
Au Festival d’automne, des jeunes acteurs jouent un Casimir et Caroline énergique mais un peu léger
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *