Théâtre

Andromaque m’a tué(e) : une remarquable cacophonie des sentiments

Andromaque m’a tué(e) : une remarquable cacophonie des sentiments

17 juillet 2012 | PAR Ariane Kupferman Sutthavong

« C’est l’histoire de… » C’est l’histoire d’Oreste qui aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector qui est mort. Cette histoire, on la connaît mais Nais El Fassi, par sa plume et sa direction, dépoussière l’alexandrin et donne un véritable coup de jeune à Racine. Les pièces du dramaturge sont, au fond, d’une intemporalité effrayante : une chaîne amoureuse tragique, de l’horreur, des passions sans réciprocité, une guerre, le désir, la mort.

Les comédiens sont malmenés dans cette mise en scène très rude, parfois violente mais toujours – et furieusement – captivante. Nais El Fassi n’hésite pas à incorporer au drame racinien des passages de dérision et de burlesque ; il faut bien cela pour éclairer par de petites lueurs ce décor froid, minimaliste au sol jonché, par moments, de terre. Les passions et désirs brûlants des acteurs sont la seule chaleur dans la salle : c’est une humanité poussée à son paroxysme qui se transforme en son contraire.

La musique est omni-présente, tantôt comme fond sonore, tantôt mise en avant avec des morceaux qui collent si bien au texte qu’on se demanderait presque s’ils n’étaient pas composés pour lui.Véritable leitmotiv, « Ne me quitte pas » de Jacques Brel est interprété par Hermione (Nacima Bekhtaoui) et Oreste (Matthieu Tune) tandis que Mr. Oizo et son « Vous êtes des animaux » nous surprennent (et oui, ça fonctionne plutôt bien). Evidemment, quelques longueurs sont au rendez-vous, mais au final on s’ennuie peu. Le public participe de façon active à cette cacophonie des sentiments.

Andromaque m’a tué(e) a été donné au Théâtre de l’Etoile du Nord (75018) dans le cadre du festival On N’arrête Pas Le Théâtre.

Family Dream, même pas de rêve
Jon Lord, le clavier de Deep Pruple n’est plus
Ariane Kupferman Sutthavong

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *