Jeunesse
L’Arpenteuse de rêves : un récit moderne et merveilleux

L’Arpenteuse de rêves : un récit moderne et merveilleux

23 février 2022 | PAR Elise Vincent

Peu de temps après la parution de Widjigo chez Albin Michel Imaginaire, Estelle Faye publie le roman jeunesse L’Arpenteuse de rêves aux éditions Rageot.

Myri est une jeune femme qui vit dans le royaume de Claren. Elle fait partie des Arpenteurs, des personnes qui ont le pouvoir de se glisser dans les rêves des autres. Lorsque sa sœur est assassinée, à cause de son don – du moins le pense-t-elle –, elle décide de taire sa véritable identité. Elle retrouve ainsi peu à peu une vie tranquille dans la ville basse aux côtés de nouveaux amis devenus sa famille de cœur… jusqu’à ce qu’une malédiction semble soudain frapper la ville : d’étranges fantômes se mettent à errer à Claren et transforment les rêves en cauchemars, en même temps que la pollution gagne le fleuve. Lorsqu’un des membres de sa nouvelle famille est touché, Myri n’a pas d’autre choix que révéler son don.

Une histoire moderne et merveilleuse

L’Arpenteuse de rêves… Derrière ce titre intrigant se trouve un voyage fabuleux. Du drame, de l’intrigue, de la magie, dans un récit soutenu et dynamique dans lequel on embarque sans hésiter ! 

Pas de demi-mesure ni d’édulcoration dans ce roman pour adolescents. L’univers est sombre comme une photographie de cinéma qui tirerait sur le brun ou le cyan. Une beauté froide, hivernale, sans fard, rehaussée de notes chatoyantes propres à la fantasy. On a l’impression de voir s’incarner des enluminures anciennes, des bribes de contes merveilleux, dans une histoire pleine de modernité qui aborde des thèmes forts tels que la famille, l’amour, la trahison, la société, l’écologie…

L’humain au cœur du récit

L’Arpenteuse de rêves est un récit à la première personne qui fait la part belle aux personnages féminins ; à commencer par Myri, l’héroïne au passé lourd, qui a déjà affronté bien des dangers. C’est une jeune femme forte, indépendante et déterminée. Son amie Colombe, passionnée de plantes, et d’autres – dont nous éviterons de vous parler si vous n’avez pas encore lu le livre – ne sont pas en reste.

On apprécie la place centrale que prennent les relations entre les personnages, et l’importance accordée à l’amour et à l’amitié, comme fil conducteur du récit. La famille de cœur de Myri est un peu comme un groupe d’oiseaux tombés du nid. Esquintés par la vie, ils se retrouvent par hasard et pansent leurs blessures ensemble. Ils évoluent dans une société où les inégalités sociales sont très marquées, avec cette scission entre la ville haute et la ville basse – autrement dit le haut et le bas du panier… Et par-delà la réalité du royaume de Claren, le monde onirique qui gagne du terrain laisse émerger une jolie histoire d’amour touchante et triste, qui apparaît comme dans un globe de verre.

Le voyage dans cette matinée d’hiver ensoleillée était plaisant. Nous aurions néanmoins aimé en savoir plus sur certains personnages et certains aspects du royaume de Claren. Mais peut-être est-ce juste parce que l’univers d’Estelle Faye nous a vraiment emporté ?

Extrait

« Lorsque je tente de la traverser, la matière résiste. Je sens sa force comme une onde qui résonne jusque dans mon cerveau. J’avance malgré tout. Je concentre toute ma volonté, tout mon don, dans mes mains tendues. L’onde me vrille le crâne, de plus en plus intense. Des pleurs coulent le long de mes joues, sans que j’arrive à les contenir. J’avance. J’avance et au-delà de la douleur, j’essaye de nouer un contact avec le rêve autour de moi, de parler en quelque sorte avec lui. J’encourage lentement la matière à devenir plus souple, plus fluide. Pendant de longues et pénibles secondes, rien ne bouge. Suis-je tombée dans un piège ? L’angoisse me noue la gorge. Je continue malgré tout. »

 

L’Arpenteuse de rêves

Estelle Faye

Rageot

Octobre 2021

16,90 euros

 

Visuel © couverture du livre 

par Paul Echegoyen 

« Encore une fois », une opérette comique et déjantée !
Adèle Van Reeth va prendre les rênes de France Inter
Elise Vincent
Diplômée d'un master 1 en cinéma et d'un master 1 en littérature jeunesse, Elise Vincent est passionnée par les littératures de l'imaginaire et jeunesse. Artiste, elle expose ses oeuvres oniriques (peinture, photographie) depuis 2011. Également auteure, elle a publié des textes courts et articles en revues et ouvrages collectifs, ainsi qu'une biographie en coécriture aux éditions Jacques Flament en 2015. Elle a rejoint l'équipe de Toute la Culture en septembre 2021 et propose principalement des articles autour de la littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture