Théâtre
À Berlin, « FEAR » de Falk Richter pour éclairer les consciences

À Berlin, « FEAR » de Falk Richter pour éclairer les consciences

30 juin 2016 | PAR Nicolas Chaplain

À la Schaubühne de Berlin, FEAR de Falk Richter brocarde et ridiculise l’extrême droite allemande, PEGIDA et tous les mouvements dont les stratégies reposent sur la peur de l’avenir, de l’Islam, la haine des étrangers et des homosexuels. L’auteur et metteur en scène allemand signe un spectacle engagé et dresse le portrait touchant d’une jeunesse européenne lucide et tourmentée.

Falk Richter évoque avec justesse les angoisses d’une génération désillusionnée par la politique et la crise. Il liste toutes les peurs qui hantent la population au quotidien : peur de la violence, peur du changement, des conflits, de la guerre, peur de la douleur, peur de l’avion, des insectes, peur d’oublier, peur de la solitude, peur de s’installer… Les partis politiques d’extrême droite et certains intellectuels envahissent les plateaux de télévision, les ondes de radio et les supports de presse pour y énoncer des propos racistes, haineux, proches de l’idéologie nazie. Les jeunes dépeints par Richter préféreraient aller à la mer, écouter de la musique, jouer de la guitare, danser, voyager loin et ainsi échapper à ces réflexions stupides, nauséeuses qu’on trouve sur Facebook et Youtube, ces idées qu’on croyait mortes et enterrées depuis la fin de la seconde guerre mondiale mais qui resurgissent de manière inquiétante en Europe. Leurs représentants sont des zombies qui ressortent de leur tombe et se propagent sur terre pour diffuser un sentiment de méfiance vis-à-vis des migrants. »L’Allemagne aux allemands » répètent-ils dans des discours et clips.

Ces zombies, ce sont Gabriele Kuby (mouvement conservateur chrétien), Beatrix von Storch (députée européenne d’extrême droite), Frauke Petry (porte-parole de « l’Alternative pour l’Allemagne »), les représentants de la Manif pour Tous mais aussi Marine Le Pen. Leurs portraits sont projetés. Des extraits de leurs discours sont diffusés. Ainsi, leurs idées et raisonnements apparaissent dans toute leur absurdité : « on devra aller fêter Noël dans une mosquée » entend-on ou encore « les musulmans viennent pour voler », « les USA sont gouvernés par les lobbies juifs ». Tous les propos clichés et rances sur le viol des femmes à Cologne, contre l’éducation sexuelle à l’école, contre la théorie des genres, contre le mariage pour tous, contre l’accueil des migrants dont l’accumulation grotesque constitue cette satire puissante et explosive.

À travers une écriture contemporaine et générationnelle, Falk Richter continue de développer un théâtre politique et rageur, courageux et nécessaire qui condamne toutes les pensées liberticides inacceptables. FEAR est un spectacle dense. Il nous amuse et nous interpelle. Très engagés, les acteurs et danseurs sont touchants, sincères, sensibles et drôles. Ils questionnent les notions de patrie, d’identité, d’Europe, de solidarité. ils expriment leur colère et chargent avec violence tous les conservatismes. « Cassez-vous », « on n’a pas besoin de vous » crient-ils à ces zombies. « Laissez ce pays en paix ». « Cassez-vous ! Démons ! Quittez notre temps. Retournez au temps où vous êtes tombés » et font entendre un message fort d’espoir, de liberté, d’ouverture, de diversité et d’intelligence.

 

A la Schaubühne de Berlin (Allemagne), le 24 juin 2016 © Arno Declair

Gagnez 1×2 places pour le dimanche 14 août 2016 au Festival La Route du Rock
Gagnez 3 sacs « surprises » Fnac Live Festival jusqu’au 19/07/2016
Nicolas Chaplain

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *