Spectacles

Les potiers et Western Dramedies, deux spectacles hilarants de la 2b compagny au Centre Pompidou

Les potiers et Western Dramedies, deux spectacles hilarants de la 2b compagny au Centre Pompidou

13 avril 2018 | PAR Aurore Garot

Dans la grande salle du Centre Pompidou et jusqu’au 14 avril, la 2b Company juxtapose en une seule et même soirée, deux courtes pièces décalées et délirantes de leur répertoire, Les potiers et Western Dramedies, une comédie musicale minimaliste et un voyage dans l’univers américain fantasmatique.

Les potiers : la comédie musicale hilarante
« Je me suis fait ligaturer les trompes de Fallope » chante l’une des comédiennes sur le rythme enjoué du pianiste. Un départ qui illustre l’univers décalé que construit la 2b Company à travers les jeux de Tiphanie Bovay-Klameth, Michèle Gurtner et François Gremaud, tout trois habillés de perruques et vestes blanches, racontant en musique les anecdotes puériles qui construisent leurs existences. S’enchaînent ainsi le cours de castagnettes de la fille d’un des personnages, la compote à la rhubarbe ou la phrase d’un certain Guy de la Tournette… Il suffit d’un mot, d’une phrase ou expression pour que le piano démarre en donnant le ton de leurs histoires en quelques notes. Une véritable parodie des comédies musicales à travers lesquelles, toute occasion est bonne pour chanter. Les comédiens donnent presque l’impression d’improviser leurs chants tellement les rimes, le rythme et les paroles sont mauvais, provoquant le fou rire général dans la salle. Souvenez-vous de ce jour où, tout seul chez vous, vous vous êtes cogné le petit orteil contre le coin d’un meuble et que votre cri de douleur s’est transformé en paroles chantées à travers lesquelles vous maudissiez votre doigt de pied, votre meuble voire votre vie. Votre spontanéité est exactement la même ressentie sur la scène de la Grande Salle du Centre Pompidou, offrant ainsi un pur moment de rigolade pendant les trente minutes du spectacle.

Western Dramedies : Un portrait d’une Amérique fantasmatique et décalée
Après les Potiers, direction la route 66 aux Etats-Unis pour voir défiler un ensemble de clichés sur les américains à travers plusieurs saynettes : trois paumés, drogués et liftés qui veulent réformer leur groupe de musique des années 70 sur les routes américaines, un jeune couple de pieux restaurateurs, leur Jehova’s Burger et leurs « crucifrites » (frites en forme de crucifix), qui veut aider une obèse, un duo cousin/cousine qui se retrouve lors d’un spectacle d’animaux aquatiques… La religion, l’obésité, les années sex, drugs and rock’n’roll, la sociabilité exagérée à l’américaine du genre « Hiiiiiiiiiii, oh my gooooooood, I can’t beliiiiiiiieve it, you’re heeeeeere »… Tous les plus gros clichés y passent à travers ces personnages totalement en décalé par rapport à la réalité. Entre chaque histoire, Billie Bird armée de sa guitare électrique, nous joue un petit air doux en chantant de sa voix magnifique. Malgré quelques moments d’incompréhension (notamment quand les comédiens s’entremêlent pour offrir aux spectateurs des positions fortes étranges), Western Dramedies est un spectacle délirant et décalé qui met en scène des comédiens très doués pour faire exploser de rire son public avec leurs démarches et leurs perruques farfelues.

Visuels : ©Dorothée Thébert Filliger

Brûlante Soirée d’ouverture du Concours Menuhin au Victoria Hall de Genève
Agenda des sorties du week-end 13-15 avril
Aurore Garot

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *