Performance

« Inging », la démence vocale de Simon Tanguy à Avignon

« Inging », la démence vocale de Simon Tanguy à Avignon

10 juillet 2019 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Nous avons plutôt l’habitude de croiser Simon Tanguy sur les plateaux de danse subventionnés. Et pourtant ce lauréat de Danse élargie s’est jeté dans la difficile loi du Off. 

En interview, le danseur nous disait : « Inging est une pratique créée par la chorégraphe New-Yorkaise Jeanine Durning (interprète aussi chez Deborah Hay). Elle l’a créée en anglais en 2010, pendant son master à Amsterdam. J’ai vu la pièce au moins 10 fois. Le travail demande de parler de manière continue pendant 45 minutes toujours en changeant de sujet. Sans prendre de pause. Sans boire d’eau. Cela requiert de rester dans un flot, de ne pas se ménager, d’être très ouvert, très discipliné, mais aussi généreux, fou. C’est éprouvant et jouissif, physique et philosophique. C’est une partition serrée mais qui part dans tous les sens. »

Et c’est exactement cela qui se passe. C’est sur scène que nous le rejoignons, quelques chaises sont posées pour recevoir le public. Lui est assis derrière un bureau où s’empilent les bouquins de philo. Il commence à improviser sur le thème de la schizophrénie du Off. Hier c’était plein et aujourd’hui, nous sommes cinq, artiste compris. La jungle. Le flow se met en place, un mot en appelle un autre. Comme dans la cure analytique les pensées en permettent d’autres. Chez ce danseur aux belles torsions le corps n’est jamais loin, que ce soit dans les paroles ou dans le geste. Au fil de ces 45 minutes sans silence, il se dévoile à la première et à la troisième personne: « Il est souple, il est tiraillé »,  « J’ai envie d’être visible », « Là je me tords », « Il en fait des caisses », « Je fais marcher comme ça mon diaphragme », « Il faut accepter de passer pour un pitre »… 

Tout est totalement improvisé et donc, différent chaque jour.  Les paroles lui imposent un mouvement, les mains montent au niveau du visage, le buste regarde vers l’arrière, et la marche s’impose.

C’est à la fois drôle et fou, dans une maîtrise totale du lâcher-prise. A voir absolument à 11H20 au Théâtre de L’Oulle, cela dure 45 minutes. Attention relâche les 15 et 22 juillet. Réservation au 09 74 74 64 90.

 

Fin et suite, la prochaine création de Simon Tanguy sera à voir au Théâtre de la Ville les 18 et 19 septembre.

 

Visuel :© Simon Tanguy

La Maison de Thé, dans la roue culturelle de Meng Jinghui au Festival d’Avignon
Avignon OFF 2019 : coup de coeur pour « Trouble », une ode à la différence touchée par la grâce
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “« Inging », la démence vocale de Simon Tanguy à Avignon”

Commentaire(s)

  • Gervais

    Nul, complètement nul. Il n’y a rien à garder et de plus très ennuyeux. Notre plus mauvais spectacle à Avignon depuis plus de trente ans.

    juillet 20, 2019 at 15 h 37 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *