Performance
« Forecasting » de Giuseppe Chico et Barbara Matijevic : un voyage au cœur de youtube

« Forecasting » de Giuseppe Chico et Barbara Matijevic : un voyage au cœur de youtube

03 avril 2019 | PAR Simon Théodore

Dans le cadre du festival EXTRADANSE de Strasbourg, le duo croate-italien Matijevic et Chico présentait « Forecasting ».  Dans ce troisième volet d’une trilogie au titre à rallonge, « D’une théorie de la performance à venir où le seul moyen d’éviter le massacre serait-il d’en devenir les auteurs ? », les deux auteurs nous font voyager dans les méandres de Youtube.

La petite scène du TJP de Strasbourg paraît bien vide lorsque l’on s’installe dans la salle. Seul un ordinateur portable trône, installé sur une table. Un écran de veille démarre et, progressivement, les lumières s’éteignent. Du fond de la pièce, Barbara Matijevic entre et nous embarque pour un voyage, de près quarante cinq minutes, dans les archives vidéos de l’humanité. À partir d’une sélection de films amateurs publiés sur Youtube et diffusée sur ce petit écran, l’interprète nous fait passer d’un univers à l’autre, du tutoriel pour démonter un ordinateur à la recherche du point G en passant par des démonstrations d’armes à feu.

Pour ces deux artistes, l’enjeu technique d’un tel projet était de trouver les vidéos au bon format et répondant à un critère d’échelle. En effet, durant cette performance, la Croate se sert de son corps pour briser les cadres de visionnage de la vidéo. Ses mains, sa tête ou encore ses pieds disparaissent derrière l’écran pour devenir les parties des corps des individus que l’on voit à l’écran. Cette idée, rappelant parfois l’art du mime, s’avère être très intéressante. Il se produit alors un double discours : celui de la vidéo et celui de l’artiste. L’œil du spectateur se perd dans cette confrontation et il faut alors décider où porter le regard.

Loin d’être statique, Barbara Matijevic joue avec son objet numérique, le transporte dans l’espace de la pièce lorsqu’elle doit tirer et le place sur son ventre pour simuler des pratiques fétichistes ou diffuser des images plus violentes d’éviscération. Toutes ces séquences, réparties en différentes thématiques et enchaînées avec intelligence, produisent des réactions dans les rangs du public. Entre rires et dégoûts, on ne reste pas indifférents devant cette mise en scène du monde. Néanmoins, un tel projet nécessite une interprétation millimétrée. Parfois, l’artiste semble être en décalage avec le rythme frénétique imposé par les enchaînements. Néanmoins, ce défaut est vite oublié devant l’intérêt du projet et la manière dont elle se réapproprie la vie des autres.

En somme, ce spectacle est construit à partir d’une idée passionnante et d’une interprétation originale. La sobre mise en scène produit une ambiance intime mais, face à toutes les richesses que contient la toile, « Forecasting » mériterait d’être une performance plus grandiose et immersive. En voulant dévoiler la mémoire du monde contenue sur Youtube, ce duo montrent comment la surprise, l’étonnement, voire l’horreur, sont, sans aucun doute, des émotions que l’on ressent lors que l’on se perd dans ce labyrinthe de savoirs et de connaissances.

Visuel : © Jelena Remetin

Venezuela, une précieuse allégorie de l’adolescence
“Nos vertiges intérieurs”: impressions de la poétesse Alejandra Pizarnik au Théâtre de l’Opprimé
Simon Théodore

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *