Spectacles
Le Louvre invite J. M. G. Le Clézio – Le musée monde

Le Louvre invite J. M. G. Le Clézio – Le musée monde

16 août 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Après avoir reçu notamment Patrice Chéreau, Jan Fabre et Pierre Boulez, le musée du Louvre invite cette année Jean-Marie Gustave Le Clézio à poser un regard nouveau sur les collections du musée, avec une programmation pluridisciplinaire dans les salles du musée et à l’auditorium. Le grand invité initie cette fois le dialogue avec ce postulat « les musées sont des mondes ».


L’exposition appliquera la règle donnée par J.M.G. Le Clézio :  il n’y a pas de « hiérarchie en art ». Ainsi, l’exposition renoue avec la notion de cabinet de curiosités et réunit pêle-mêle un ensemble oeuvres diverses transcendant les frontières temporelles ou géographiques pour mélanger, selon un même point de vue, art populaire et art majeur. En lien direct avec l’univers littéraire développé par J.M.G. Le Clézio, l’exposition privilégie quatre zones : Afrique, Mexique, Vanuatu et Haïti. Des ponts formels, historiques ou esthétiques seront mis au jour afin que ces territoires puissent être de véritables « zones de contact ».

Le programme se veut résolument pluriel avec des conférences données par quatre écrivains, Ananda Devi le 7 novembre, Homero Aridjs le 14 novembre, Alain Mabanckou, le 21 novembre et Dany Laferrière le 28 novembre, qui sont invités à entrer en résonance avec les « autres mondes », chacun d’entre eux ayant quitté son pays d’origine.

Du théâtre aussi, sous forme de lectures d’abord dirigées Georges Lavaudant, puis  les représentations de Pawana, du 11 au 13 novembre à 16h. Georges Lavaudant met en scène Jérôme Derre et Philippe Morier-Genoud. Le point de départ de Pawana (« baleine » en langue Nattickindienne) est une épopée sanglante, celle du baleinier Charles Melville-Scammon. À la fin du XIXe siècle, ce personnage aussi fabuleux et légendaire que le capitaine Achab découvre au Mexique une lagune où se reproduisent les baleines grises. Il décide de les exterminer… Le récit entremêle sous la forme de deux monologues les souvenirs et le repentir du capitaine et de son jeune mousse. Plus de vingt ans après sa création en langue espagnole au Mexique, le metteur en scène Georges Lavaudant prend toujours autant de plaisir à revenir à ce texte qu’il avait commandé à J.-M. G. Le Clézio. Pour cette re-création à l’auditorium du Louvre, il fait appel aux deux comédiens de la version française de Pawana, qui avait marqué les esprits au Festival d’Avignon en 1992.

Le riche programme invite aussi à des concerts, notamment le 4 novembre, l’improvisateur Jean-François Zygel dialoguera avec le oudiste Mehdi Haddab sur des thèmes traditionnels et du répertoire classique.

Est également prévu un cycle de cinéma et une programmation dédiée au jeune public.

 

Coffret Cristian Mungiu ou l’ironie de la terreur
Voir ou revoir les spectacles du festival d’Avignon à Paris
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *