Théâtre

Voir ou revoir les spectacles du festival d’Avignon à Paris

Voir ou revoir les spectacles du festival d’Avignon à Paris

16 août 2011 | PAR Christophe Candoni

Le festival d’Avignon s’est fini le mardi 26 juillet 2011. De nombreuses créations y ont vu le jour avant de partir pour de longues tournées internationales la saison qui vient. Voici une proposition d’agenda pour voir ou revoir les spectacles les plus marquants de cette dernière édition à partir de septembre à Paris et en banlieue.

Oncle Gourdin de Sophie Perez et Xavier Boussiron. Ces artistes convient le public à un voyage iconoclaste au pays de lutins qui, pour vaincre l’ennui, décident de faire du théâtre. Du 8 septembre au 8 octobre 2011 au Théâtre du Rond-Point

Clôture de l’amour de et mis en scène par Pascal Rambert. L’histoire d’une séparation violente et déchirante interprétée par Stanislas Nordey et Audrey Bonnet. Du 30 septembre au 22 octobre 2011 au T2G à Gennevilliers

L’Entêtement de Rafael Spregelburd et mis en scène par Marcial di Fonzo Bo et Elise Vigier. Une pièce à la construction originale mais au propos confus entre fiction historique, polar et comédie noire. Une intrigue à la fois glauque et drôle grâce à l’interprétation et l’engagement des formidables comédiens. Notre critique ICI Du 12 au 15 octobre 2011 à la Maison des Arts de Créteil et du 14 novembre au 4 décembre 2011 au TGP CDN de Saint-Denis (dans le cadre du Festival d’Automne)

Enfant de Boris Charmatz. Comment la scénographie résistera-t-elle à l’absence de Cour d’Honneur ?  Le pari est lourd ! Le spectacle, lui, dans le fond ne perdra rien de sa splendeur. Charmatz voulait représenter les images que suscitent le mot  » enfant » aujourd’hui. De la Shoah à la pédophilie pour l’horreur, au bonheur de jouer libre grâce à Dolto, tout est là sans mélo. Génial. Du 12 au 16 octobre 2011 au Théâtre de la ville.

Sul concetto di volto nel figlio di Dio (Sur le concept du visage du fils de Dieu) de Romeo Castellucci. Parler de la déchéance humaine sous le regard du Christ et arriver à séduire les plus athés? Pari gagné pour le maître des performances. Un spectacle aux multiples lectures qui provoquera toutes les réactions. A toutelaculture, nous avons pleuré… Notre critique ICIDu 20 au 30 octobre 2011 au Théâtre de la ville et du 2 au 6 novembre 2011 au 104.

Au moins j’aurai laissé un beau cadavre d’après Hamlet de Shakespeare et mis en scène par Vincent Macaigne. C’est le coup de coeur de la rédaction : Macaigne propose une adaptation de Hamlet, à la fois turbulente, osée, audacieuse et jouissive. C’est extrêmement drôle, provocant sans excès. On a aimé son goût du saccage, absolument jubilatoire, mais aussi l’intelligence et la sensibilité de sa lecture de la pièce, la générosité du jeu et la beauté des images chaotiques. Pascal Rénéric est excellent, il fait entendre la colère d’Hamlet sans retenue. Notre critique ICI Du 2 au 11 novembre 2011 au Théâtre national de Chaillot à Paris

 

Courts-circuits de François Verret. Une pièce qui oscille entre théâtre, performance, danse et installation pour décrire l’état déréglé et chaotique  de la société contemporaine. Variablement convainquant. Notre critique ICI Du 17 au 19 novembre 2011 au Théâtre de la Ville

Des femmes (Les Trachiniennes, Antigone, Electre) de Sophocle et mis en scène par Wajdi Mouawad. Une ambitieuse mais inégale traversée dans l’oeuvre de Sophocle. Une très bonne création musicale, profondément tragique, signée Bertrand Cantat. Notre critique ICI Du 23 novembre au 18 décembre 2011 au Théâtre des Amandiers – Nanterre

Exposition universelle de Rachid Ouramdane. le ballet interroge les fabrications identitaires nationales. Du 4 au 10 janvier 2011 au Théâtre de la ville.

Le Suicidé de Patrick Pineau, une grande farce à l’acidité certaine qui a commencé par decevoir lors de la première pour, au fur et à mesure du festival voir l’adhésion du public grandir. La pièce de Nicolaï Erdman n’a jamais pu être montrée de son vivant, étant immédiatement censurée car elle égratigne  le régime communiste. Notre critique ICI Du 6 au 15 janvier 2012 à la MC93 de Bobigny

Jan Karski (Mon nom est fiction) d’après le roman de Yannick Haenel et mis en scène par Arthur Nauzyciel. Une pièce exigeante et essentielle qui a bousculé et saisi d’une émotion intense le public d’Avignon par la densité, la profondeur du propos et l’interprétation magistrale de l’acteur Laurent Poitrenaux. Notre critique ICI Du 8 au 19 février 2012 au Théâtre les Gémeaux à Sceaux puis au Théâtre de la Cité internationale de Paris ( 17 au 20 novembre)

Sun de Cyril Teste. A travers l’histoire de deux enfants qui s’aimaient, la confrontation des rêves d’enfance et du monde réel. Du 9 au 18 février 2011 au Théâtre de la ville.

Sang & Roses. Le chant de Jeanne et Gilles de Tom Lanoye et mis en scène par Guy Cassiers. Le spectacle met en parallèle les destins croisés de jeanne d’Arc et Gilles de Rais condamnés à mort par l’Eglise. C’est visuellement très beau et abouti. Quel sera le passage du spectacle de la Cour d’honneur du Palais des Papes, emblématique lieu médiéval dans lequel il s’inscrivait parfaitement, à la salle de l’odéon? Le jeu des acteurs, très juste mais dans la retenue, devrait être davantage mis en valeur. Notre critique ICI Du 8 au 12 février 2012 à l’Odéon – Théâtre de l’Europe

Fase, d’Anne Teresa de Keersmaeker. Au cours d’une tournée internationale, entre Athènes et Budapest, la reprise de la célèbre pièce de Keersmaeker créée en 1981 passe par Paris. Un spectacle fondateur à partir de répétitions et variations sur une création musicale de Steeve Reich. Notre critique ICI Les 3 et 4 mars 2012 au Centre Pompidou

Cesena d’Anne Teresa de Keersmaeker. Instant unique et magique autour de 5 heures du matin en assistant au lever du jour dans la Cour d’honneur du Palais des papes en Avignon. A l’évidence, le caractère exceptionnel de la série de représentations avignonnaises a participé au succès du ballet. Restera pour la reprise à admirer la beauté du geste et du son ainsi que l’intelligence de l’espace dans la création épurée de la chorégraphe flamande. Notre critique ICI Du 10 au 12 mai et du 14 au 19 mai 2012 au Théâtre de la Ville

Mademoiselle Julie de Strindberg et mis en scène par Frédéric Fisbach. Création événementielle due au retour sur les planches de la star Juliette Binoche. Les téléspectateurs de France 2 ont pu découvrir cette mise en scène moyennement convaincante et un rien snob dans le film réalisé par Nicolas Klotz. Néanmoins, Juliette Binoche y est irradiante. Du 18 mai au 24 juin 2012 à l’odéon – Théâtre de l’Europe

 

 

La fête mis en scène par le formidable collectif « Quark », et puis, il fallait bien un peu de off dans notre sélection pour un spectacle qui aurait sa place dans le « in ». Une mère folle à lier, le même mari depuis 30 ans et un fils toujours à la maison. Ce soir, c’est « La fête », l’anniversaire de mariage! Le collectif De Quark vous invite à cette soirée démente! Voir notre critique ICI Vitry-sur-Seine au Studio-Théâtre du 29 septembre au 1er octobre 2011 puis L’échangeur à Bagnolet du 19 au 29 novembre 2011

Il faudra surveiller de très prés les reprises potentielles de Life:Reset de Fabrice Murgia et de Sortir de sa mère de Pierre Notte.

Update 26/08   : Life : Reset sera repris à Créteil : du 15 au 17 mars à la MAC de Créteil dans le cadre du Festival Exit

Amélie Blaustein-Niddam et Christophe Candoni

Visuels: (c) Christophe Raynaud de Lage / Festival d’Avignon

Le Louvre invite J. M. G. Le Clézio – Le musée monde
Gagnez 10×2 places pour la soirée du 26 août 11 @ Showcase / OVUM Night : JOSH WINK, SHLOMI ABER, D’JULZ
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

2 thoughts on “Voir ou revoir les spectacles du festival d’Avignon à Paris”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *