Spectacles
Didier Bénureau Immanquable au Dejazet

Didier Bénureau Immanquable au Dejazet

09 décembre 2012 | PAR Bérénice Clerc

Didier Bénureau a enchanté les spectateurs de la Cigale fin novembre, il décide donc de faire rire encore et toujours plus au théâtre Dejazet du 18 décembre au 12 janvier. Rire en cette fin d’année n’est pas un luxe, il faut se l’offrir et l’offrir d’urgence !

Le théâtre de la Cigale, plein à craquer, n’attendait qu’une chose fin novembre, rire, rire, rire et encore rire grâce aux sketches et au jeu de Didier Bénureau.

Il est là pour un best of de toute sa carrière, avec des musiciens live, « les cochons dans l’espace » pour accompagner ses chansons idiotes comme il les nomme.

Dès le départ le ton est donné, un Cha Cha pour maman !

Didier Bénureau est un comédien, un comédien qui aime entendre les spectateurs rire. Il crée des personnages, s’en imprègne, les aime dans tout ce qu’ils représentent de plus laid et de plus humain à la fois.

Loin de la nouvelle engeance pauvre du stand up à la française où la personne sur scène, impossible le plus souvent de la qualifier d’acteur raconte sa vie, sa différence et souvent « sa culture » familiale sans avoir écrit, réfléchi ni même travaillé.

 

Chez Bénureau comme chez De Funès en son temps, tout est travaillé, millimétré, écrit, rejoué, incarné, possédé de la racine de la perruque au bout des ongles des pieds, les personnages et leurs textes semblent couler comme une évidence jusqu’au rire propre à l’humain.

Certains diront que ses personnages sont extrêmes, trouveront qu’il dit des horreurs mais il est juste un habile témoin du monde, l’Homme par l’Homme par le rire en éclat libérateur.

De sketches en chansons, il libère le travesti, la mère double et castratrice, le curé tendancieux, l’acteur shakespearien excessif, le collabo décomplexé sans oublier le célèbre Moralès et bien d’autres.

Les spectateurs ne cessent de rire encore et encore, ils en redemandent applaudissent à tout rompre, ne veulent pas arrêter et surtout ne pas retrouver la ville sans échange ne fusse celui d’un sourire…

Invention, liberté, fantaisie et folie nécessaire sont présentes du texte au jeu pour un plaisir quasi parfait.

Bénureau revient encore et encore semble infatigable, les musiciens reprennent, ils donnent toute leur énergie jusqu’au salut obligatoire avant le retour du rideau rouge.

Quel bonheur de rire sans limite avec des textes engagés et des prises de positions toujours présentes sans jamais se prendre au sérieux ou se regarder jouer.

Didier Bénureau est bien plus qu’un simple comique, il est rare, il faut absolument aller l’applaudir à Paris au théâtre Dejazet pour son Best Of ou dans toute la France pour Indigne, spectacle qui avait déjà été un grand coup de cœur pour Toute La Culture.

Rire n’est pas le quotidien de tous, courez en profiter tant que la subversion reste possible, Didier Bénureau vous l’offre comme un diamant sur un plateau d’or !

 

Visuels : (c) : Didier Bénureau.

Le bol d’air Jacquier comme une invitation à s’oxygéner
Nicolas Balzamo, Les deux cathédrales. Mythe et histoire à Chartres (XIe-XXe siècle)
Bérénice Clerc
Comédienne, cantatrice et auteure des « Recettes Beauté » (YB ÉDITIONS), spécialisée en art contemporain, chanson française et musique classique.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *