Livres

Nicolas Balzamo, Les deux cathédrales. Mythe et histoire à Chartres (XIe-XXe siècle)

09 décembre 2012 | PAR Jean-Paul Fourmont

Docteur en histoire, Nicolas Balzamo vient de publier Les deux cathédrales. Mythe et histoire à Chartres (XIe-XXe siècle), ouvrage dans lequel l’auteur revient sur les mystérieuses légendes nimbant l’histoire de la cathédrale de Chartres.

L’INSTAURATION D’UN MYTHE

Ce livre est « l’histoire d’une erreur qui fut une vérité mille années durant ». Ce n’était qu’une pierre du « grand légendier chrétien ». Mais, elle généra aussi un monument d’un genre différent : un mythe de fondation.

Cette cathédrale imaginaire était aussi ambitieuse que son alter ego de pierre. Elle faisait de l’église chartraine le fruit d’une prophétie : instruits de la future naissance d’une vierge destinée à enfanter le rédempteur, les druides des Carnutes lui auraient élevé une statue. Ils l’auraient adorée et, ce faisant, ils auraient donc été chrétiens avant même le christianisme ! Premiers des Gaules à reconnaitre la foi chrétienne, les Carnutes auraient également été les premiers à édifier une église en l’honneur de la mère de dieu.

Cette statue aurait contribué à mettre en déroute un siège des Normands, vers 911, ainsi que celui des protestants du prince de Condé, en 1568. Loin d’être une supercherie forgée dans l’ombre d’un cloitre, ce mythe était plutôt le résultat d’une patiente enquête sur les origines de la cathédrale de Chartres, laquelle fut menée par des générations d’érudits tout au long du Moyen Age et de l’époque moderne. Au début du XXe siècle, ce mythe était encore défendu.

DE LA CRITIQUE A LA DESTRUCTION DU MYTHE

Durant la Révolution, la cathédrale fut fermée au public et la statue adorée fut abattue de son pilier pour être finalement remisée dans une simple cave. A l’époque, le maire de Chartres Vincent Chevard, qui était franc-maçon, se réjouit de cette destruction qu’il qualifia de « victoire sur des siècles d’ignorance et de fanatisme », rien de moins.

Pour Nicolas Balzamo, tout aurait en fait été inventé par le clergé chartrain pour justifier leurs privilèges. En 1953, un prêtre chartrain du nom d’Yves Delaporte estima toutefois que toute cette histoire n’était qu’un mythe. Et ce n’est pas le concile de Vatican II qui contredit cela.

Savant et extrêmement érudit, ce travail d’un jeune docteur en histoire est tout à fait passionnant et plaisant à lire. L’auteur parvient à démontrer, si besoin est, que la communication ne date pas d’aujourd’hui, loin s’en faut. Constructive, cette minutieuse et éclairante enquête n’est pas une croisade contre l’Eglise.

Nicolas Balzamo, « Les deux cathédrales. Mythe et histoire à Chartres (XIe-XXe siècle) », Editions Les belles lettres, novembre 2012, 377 p., 25,5 euros.

Didier Bénureau Immanquable au Dejazet
Le monde froid ou Les coulisses des sommets internationaux, par Gilles Mentré
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *