Spectacles
Des corps et des mots, l’humain à nu selon Pascal Rambert

Des corps et des mots, l’humain à nu selon Pascal Rambert

23 juin 2015 | PAR Christophe Candoni

En clôture du festival Rambert à nu proposé aux Bouffes du nord, se donnaient deux anciennes pièces de l’auteur et metteur en scène le plus passionnant et très en vue du moment. Incisives, ces formes brèves et saisissantes, recréées pour l’occasion avec de nouveaux interprètes, dévoilent et exacerbent sans artifice le désir sous toutes ses formes : désir physique, érotique dans Libido Sciendi où les corps nus d’un couple s’attirent et s’étreignent ; désir de mort et de destruction dans le sombre monologue De mes propres mains interprété par Arthur Nauzyciel.

Libido Sciendi date de 2008. Kevin Jean et Nina Santes n’étaient pas de la création mais s’adonnent très intimement depuis un an déjà à l’accouplement charnel et silencieux imaginé par Pascal Rambert. Ils prennent place l’un face à l’autre sur le plateau. L’homme et la femme se déshabillent, s’attirent, se veulent, se touchent, se caressent, se lèchent. Ils se possèdent, s’abandonnent dans une lente, fulgurante, usante succession d’étreintes chorégraphiées ponctuées de leur seul souffle chaud et haletant. Entre exhibition prosaïque et mythe originel, la performance organique est forcément impudique mais jamais dérangeante. Au contraire, l’exploration sensible et sensuelle de chaque parcelle des corps sculpturaux, de chaque pore de leur peau qui se livre, s’expose, s’offre crûment à la contemplation esthétique est à la fois brute et douce. C’est tout simplement beau et puissant.

De mes propres mains, écrit en 1993 pour Eric Doye est recréé depuis à plusieurs reprises avec différents acteurs, hommes ou femme. Arthur Nauzyciel s’empare de cet étrange monologue et impose une interprétation à la fois ferme et fragile. Dans l’immobilisme de son corps comme dans sa bouche, les mots fusent, claquent, drus et secs. L’acteur habite les visions cauchemardesques d’une subjectivité hallucinée. Quelle sorte d’homme est ce locuteur insaisissable ? Il parle, divague. Plus il se libère, plus il suffoque. Il dit comme il aboie, se compare à un chien qu’on musèle, incarcère. Sa liberté se trouve dans l’absence, la destruction, le suicide, la mort. La dépossession de soi est le thème qui revient systématiquement dans son intarissable discours. Un revolver dans la main droite, toute tremblante, le poing gauche fermement serré. Il s’exprime d’une manière persistante, rapide et sans discontinuer, malgré quelques brefs moments d’accalmie. Dans cette forme tendue et condensée surgit toute la violence trouble et crispante de l’homme face à lui-même et à sa perte.

Ces deux propositions, ainsi que Clôture de l’amour et Memento Mori donnés également pendant le festival, manifestent la prédilection de Pascal Rambert pour le dénuement, pas seulement celui de ses interprètes mais celui d’un geste théâtral intégral. Avec une telle éloquence des corps et des mots, Pascal Rambert met en lumière ce qu’il y a de plus profondément gardé, enfoui, de délibérément invisible et insondable en l’homme. Ainsi, son théâtre se fait le vertigineux révélateur de l’humain qui interroge sa condition.

Visuel © Marc Domage

L’UNESCO et le comité Colbert #Engagés pour le patrimoine et la créativité
Gagnez vos places pour les Francofolies de La Rochelle du 10 au 14 Juillet 2015
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *