Danse

Rencontre avec le danseur Julien Lestel

Rencontre avec le danseur Julien Lestel

27 mai 2011 | PAR Alienor de Foucaud

La nouvelle création de la compagnie Julien Lestel sera présentée au Théâtre des Champs-Elysées le 27 juin. En attendant, les danseurs s’échauffent et répètent, inlassablement. Corps & âmes est un ballet emprunt de spiritualité, dans un esprit néoclassique, allié à un fort esprit de modernité.

Créée en juillet 2006 à Marseille, la compagnie Julien Lestel compte six danseurs italiens et quatre productions à son répertoire. En quittant le Ballet National de Marseille, le chorégraphe décide de se consacrer pleinement à sa compagnie, afin de rencontrer un public large et diversifié.

Formé à l’Ecole de Danse du Ballet de l’Opéra National de Paris, Julien Lestel a intégré de prestigieuses compagnies et a dansé avec les plus grands. Noureev, Forsythe, Carolyn Carlson, Pina Bausch, Preljocaj, Balanchine, Robbins…. Ils sont nombreux à l’avoir formé et à continuer d’influencer sa danse. L’univers de Julien Lestel est empli d’émotion et de virtuosité. Sa gestuelle et sa matière sont à la fois puissantes, terriennes, explosives, mais aussi subtiles, délicates et d’une grande finesse.

Les danseurs de la compagnie semblent portés par un souffle et un élan d’une grande virtuosité. Des duos sensuels se forment, alternant avec des ensembles groupés. La puissance des hommes s’allie à la grâce des jeunes femmes. Des portés et des suspensions viennent contrebalancer les multiples frappés au sol : un équilibre se forme autour de ces affrontements perpétuels du corps et de l’âme. L’entrelacement des corps, l’osmose de cette danse d’une grande fluidité et la proximité de ces danseurs laissent penser que la création offerte prochainement au public parisien sera d’une grande qualité tant esthétique, physique que spirituelle.

 

Votre parcours et votre formation en tant que danseur semblent plutôt de genre classique. Comment définiriez-vous votre style aujourd’hui ?

Ma technique actuelle est contemporaine. Je dirais que c’est une déformation du classique. Un néoclassicisme contemporain. J’ai travaillé avec de nombreux chorégraphes, tant classiques que contemporains. Je m’inspire des différentes techniques qui m’ont été transmises. A partir de ces divers apprentissages, qui ont été de toutes sortes, j’ai pu créer mon propre style et me distinguer.

Comment concevez-vous la danse ? Quelle approche du corps avez-vous ?

Tous mes mouvements se ressentent. Je travaille davantage dans la sensation, plus que dans les formes. J’aime le contact avec le sol. Les frappés et les résonnances sont très importants dans mes créations. De même que les silences. J’aime avant tout transmettre une émotion. Cela peut être à travers une performance physique, un saut, un duo, ou seulement à partir d’une pose, d’un geste délicat.

Comment travaillez-vous avec vos danseurs ? Participent-ils à la création ?

Oui. Je leur ai tous fait passer une audition préalable. Certains sont français. D’autres viennent d’Italie. Chacun est différent. Ils ont une histoire, un corps, un style différent. Lors de la création de mes chorégraphies, je leur propose des phrases chorégraphiques. Ensuite, ils travaillent dessus, y ajoutent leur touche personnelle. Il y a un réel dialogue. Ils peuvent me proposer autre chose, je leur laisse une grande liberté dans l’interprétation. C’est essentiel pour moi de transmettre. Je veux leur donner quelque chose, à chacun d’eux. Leur offrir la possibilité d’être mis en avant, afin de tous les voir sur scène. C’est pour cela que j’ai choisi de faire alterner solos, duos et groupes.

En dirigeant votre compagnie, vous sentez-vous plus libre dans la création ? Comment inscrivez-vous votre danse par rapport à votre passé, en rupture, en continuité ?

Un peu des deux. Ma compagnie, c’est un peu « ma vision à moi » de la danse. J’ai gardé la rigueur et la discipline de la danse classique mais je l’inculque à mes danseurs d’une autre manière. Je souhaite qu’ils se responsabilisent dans leur travail. Il est essentiel pour moi que le dialogue soit omniprésent dans notre manière de travailler. Je veux garder cette part d’humanité dans ma danse.

Comment avez-vous travaillé avec le compositeur musical ?

Karol Beffa a entièrement composé la musique pour ce ballet. C’est une commande. Nous avons travaillé ensemble. Lui s’est inspiré de phrases chorégraphiques que je lui présentais et moi de compositions qu’il me soumettait. C’était un échange permanent. Différents thèmes musicaux scandent la pièce, alternant chants vocaux, chœurs et grandes envolées lyriques. C’est lui qui a eu l’idée d’inscrire un morceau de tango. Cela donne une touche plus ludique, légère et chaleureuse. Je n’y aurais pas pensé et je trouve cela très réussi !

Crédits photographiques: Emmanuel Donny

Live report : Warpaint au Bataclan (26/05/11)
« Love » et « Dormir Sommeil Profond », tout un programme pour le TJCC de Gennevilliers
Alienor de Foucaud

One thought on “Rencontre avec le danseur Julien Lestel”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *