Théâtre
« Love » et « Dormir Sommeil Profond », tout un programme pour le TJCC de Gennevilliers

« Love » et « Dormir Sommeil Profond », tout un programme pour le TJCC de Gennevilliers

27 mai 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Pendant trois jours, le théâtre de Gennevilliers à la programmation très contemporaine accueille le festival des très jeunes créateurs contemporain sous la direction du journaliste culturel Laurent Goumarre. Cette année, l’international est à l’ honneur pour deux parcours l’un franco-japonais, l’autre franco-finlandais-suédois. Toute la Culture s’est aventurée dans le premier programme pour « Love » suivi de « dormir sommeil profond ».  De l’amour et du repos? Pas

« Love »- La société japonaise par l’œil des dancefloors
Un grand panneau nous souhaite la bienvenue, la lumière éclate, la musique en même temps pour un morceau au refrain entêtant « Want you, I  love you ». Les interprètes arrivent et s’installent en cercle, petit à petit.

Le rythme d’arrivée provoque une alternance entre un groupe qui se constitue dont la dynamique est cassée puis renouvelée par l’entrée en scène d’un nouveau membre. Les garçons font les coqs et jouent de performances sportives pour impressionner les filles. Normal…
Au final , ils sont huit et ont comme marqueur identitaire des baskets. Aucun doute possible, nous sommes dans une tribu urbaine. Leur point d’attache ? La fête. Ils s’épuisent sur ce morceau jusqu’à s’écrouler de fatigue.

Le groupe à la vie à la mort, l’image est celle des mousquetaires. Ils sont inséparables, sortant tous les soirs, on les imagine faisant bloc,  s’éclatant dans les karaokés de la ville. Tous les codes sont là, rires aux éclats, mouvements simples qui se dupliquent en boite de nuit. Mais, toute bonne fête dégénère au petit matin, mettant à mal les amitiés passionnelles adolescentes.

La mise en scène offre un spectacle entre la danse et la performance. C’est quasiment sans parole que ces jeunes gens incarnent leur incompréhension du monde avec les codes de la société japonaise. La compagnie Tokyo Deathlock est dirigée par Junnosuke Tada, le plus jeune directeur artistique dans un théâtre public au Japon. Il cherche à pousser les comédiens jusqu’à l’épuisement, parfois hors du plateau provoquant des rythmes étonnants et agréablement perturbants dans son spectacle. « Love » est très bien mené , sans dialogue et sans facilité , il nous amène à plonger dans la société japonaise par le biais de la fête . Réjouissant !

« Dormir-Sommeil-Profond »  ridiculise la France coloniale

Le temps d’une pause dinatoire et il est temps de se glisser dans la grande Halle du T2G  où sont habituellement entreposés les décors du théâtre…Du Japon nous revenons en France, « The united Patriotic Squadrons of Blessed Diana», Upsbd pour les intimes,  présente leur nouvelle performance « Dormir-Sommeil-Profond ». Dans cet espace immense, un cours de tennis en terre-battue,   actualité oblige , s’étend devant nous. Sans trop en dévoiler nous pouvons dire que les Crocodiles d’Afrique ou des Polos danseront comme dans un clip de Mikaël Jackson et que Marlène Saldana et Jonathan Drillet peints de la tête aux pieds en Nefertiti et Hathor  vous feront hurler de rire, bien sûr aucune ressemblance avec un couple présidentiel en voyage  en Égypte ne saurait être volontaire!

Sur le fond,  » Dormir-Sommeil-Profond »  vous  fera rire jaune car le propos est acerbe. Le texte et la mise en scène passent  au crible les relations entre la France et l’Afrique sous Giscard, Mitterrand, Chirac et dénoncent la politique d’immigration actuelle du gouvernement Sarkozy.  On retrouve les plus hauts crimes commis en collaboration avec la France : Le Biafra et bien sûr le Rwanda. Comment les hommes d’état sont placés à tel endroit, sans élection mais avec l’aval du peuple.

Politique, « Dormir-Sommeil-Profond », l’est clairement. L’originalité vient de la façon dont le discours est transmis. Les idées fusent à la minute, une jeune fille s’appelle « Giscard», une soirée champagne autour d’une voiture orchestre,  l’assemblée nationale devenant un sauna lubrique…Cette plongée dans la géopolitique se fait dans une frénésie jubilatoire. Les vrai discours sont ici déconstruits par l’humour mettant en relief leur effrayante réalité.

La scénographie est magistrale d’invention, l’utilisation de l’espace immense constitué par les Halles du T2G est impeccable, les comédiens circulant d’un bout à l’autre dans une parodie de comédie musicale cinglante. L’ensemble forme un rêve fou où François Mitterrand prend la voix de Nelson Montfort… A méditer!

visuel Upsbd (c) Michal Hart

Rencontre avec le danseur Julien Lestel
Temps fort Flamenco à Chaillot
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

One thought on “« Love » et « Dormir Sommeil Profond », tout un programme pour le TJCC de Gennevilliers”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *