Danse
Les jeunes étoiles illuminent le palais Garnier

Les jeunes étoiles illuminent le palais Garnier

16 juillet 2021 | PAR Juliette Sergent

Le spectacle Jeunes danseurs, inauguré en 1990, est l’occasion pour les nouvelles recrues du ballet de l’Opéra de Paris d’interpréter des rôles dansés traditionnellement par les Étoiles. Sur scène, du classique et du contemporain. Un moment somptueux où l’émotion règne.

C’était sans doute leur plus grand rêve : incarner les grands rôles du ballet classique – de La Belle au bois dormant au Lac des cygnes – sur la scène mythique de l’Opéra Garnier. Depuis le 19 mai dernier, l’Opéra de Paris reprend progressivement ses programmations, pour le plus grand plaisir du public, venus nombreux découvrir ces jeunes recrues.

Une soirée à Garnier tant attendue

19 heures. Les artistes entrent en scène dans trente minutes. Pourtant, des voix se font déjà entendre derrière le rideau rouge. Des encouragements, de la motivation de la part des chorégraphes, et des bruits de pas sur le parquet. Des applaudissements surviennent, les jeunes danseurs s’acclament les uns les autres. Ils sont prêts à rentrer sur scène, et il est bientôt l’heure. L’Opéra Garnier se remplit doucement. Les balcons, les loges et l’orchestre, accueillent les curieux ou les habitués venus contempler les nouvelles recrues du corps de ballet. La première sonnerie retentit, la salle est désormais presque pleine.

19 h 22. La seconde sonnerie fait presser l’allure aux derniers arrivants. Plus un bruit n’émane du rideau. Les (grands) rats courent certainement dans les couloirs, ajustant une dernière fois leur coiffure, leur costume, leurs chaussons. Côté public, le brouhaha faiblit pas à pas et de nouveaux applaudissements s’élèvent. Il est temps de laisser place à la musique – bien que l’orchestre soit absent de cette représentation – et au premier couple de danseurs de s’avancer sur la scène. Il est l’heure pour eux de poursuivre leur rêve.

Classique et contemporain font la paire

Les jeunes danseurs se livrent au public, en présentant des danses individuelles et en duo. On savoure des passages de ballet classique. Odile – Bianca Scudamore – le cygne noir entre en scène pour un pas de trois du Lac des cygnes, réservant son regard et son sourire malicieux aux spectateurs. Aurore – Hohyun Kang – et le prince Désiré – Guillaume Diop – célèbrent leur mariage sur un pas de deux. Inès Mcintosh et Antoine Kirscher embrasent la scène au rythme de la révolution sur le ballet Flammes de Paris. Autant de rôles célèbres que de talents et de plaisir pour les yeux.

Les artistes présentent également des chorégraphies contemporaines. Ainsi, on contemple une scène de Roméo et Juliette, une création d’Angelin Preljocaj. Les deux amants maudits s’enlacent une dernière fois, où Nine Seropian danse tout en jouant l’inconsciente. Majestueux. Place aux Indomptés, un couple de jeunes hommes – Chun-Wing Lam et Giorgio Fourès – vêtus uniquement d’un jean, qui s’élancent pour un moment sensuel. Avec After the Rain, Roxane Stojanov et Florent Melac dansent sur la musique d’Arvo Pärt, Spiegel im Spiegel, pour une chorégraphie pleine de finesse et de poésie. Apolline Anquetil contrôle l’intégralité de son corps sur And…Carolyn, une prouesse d’autant plus frappante à travers la danse contemporaine. Les mouvements de ses bras sont si rapides qu’ils se confondent avec des ailes. Le Lac des cygnes n’a qu’à bien se tenir.

Si la danse classique est la base de toutes les danses, le contemporain s’est trouvé une véritable identité. Une belle initiative de la part de l’Opéra Garnier, afin de faire découvrir cet univers parfois laissé de côté. Le seul bémol à cette soirée est incontestablement l’absence du chef d’orchestre et de ses musiciens. Mais sur scène, les danseurs ont su prendre possession de l’espace, de leur rôle, et diriger leur corps à la perfection. Les petits rats ont bien grandi.

Visuel : Opéra national de Paris

Salut au festival Pharenheit avec ses mots, avec ses gestes
[Cannes 2021] Jour 10 : L’Histoire de ma femme, Memoria, France et Haut et fort en Compétition
Juliette Sergent

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture