Danse
Les corps multiples de Marcelo Evelin et Flora Détraz à Lafayette Anticipations

Les corps multiples de Marcelo Evelin et Flora Détraz à Lafayette Anticipations

22 septembre 2021 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le Festival Echelle Humaine est programmé au cordeau par Amélie Coster, elle y glisse le meilleur de la performance et la fait dialoguer avec la danse et (presque) le théâtre. C’est donc naturellement que le Festival d’Automne s’est associé à cette édition pour une soirée autour de deux figures à la croisée des chemins : Marcelo Evelin et Flora Détraz.

Ai, Ai, Ai, le regard impressionnant de Marcelp Evelin

Comment prononcer Ai, Ai, Ai ? Pourquoi pas comme aïe, aïe, aïe ? Ce sera bien, car la douleur n’est jamais loin dans ce solo très personnel de ce danseur et chorégraphe brésilien qui a aujourd’hui 60 ans. Il a créé ce solo en 1995, il y a 26 ans.

A l’invitation de Lia Rodrigues, à qui le Festival d’Automne accorde un portrait, il reprend cette pièce dans son jus, sans rien y toucher, nous précise Amélie Coster. Mais que devient un corps à 26 ans d’écart ? Que devient un geste ? 

Il y a dans les apparitions de Marcelo des doutes, de la peur et des obsessions, au bord de la psychose. Que veut dire la répétition ? Ici, cela veut dire rester vivant dans sa complexité. 

Sur scène il y a des objets posés : une couverture, deux paires de chaussures pour homme, des serviettes bien pliées, un bassine avec de l’eau, un tissu bleu. Lui apparaît en créature mi femme-mi homme, mi drag-mi travesti. Barbe blanche, perruque blanche, slip pailleté, gants longs et éventails à plumes au bout des mains. Son geste est limpide, il est une agitation des poignets, un extrême tremblement qui amène de la rondeur. Et la rondeur, les cercles vont voyager, via des objets, via des zones du corps.

Nous voici entre hier et aujourd’hui, guidés par les vidéos semblant presque en super 8 qui nous emmènent sur les plages, enfants, au Brésil. Histoires de racines, liens avec des amis habitant ailleurs. Avec des touches et beaucoup de roulements de poignets à la rapidité folle, Marcelo transmet avec intelligence et force ses nostalgies et ses angoisses devant le temps qui passe, aidé par la voix d’Ella Fitzgerald…

Gesächt, les autres voix de Flora Détraz 

A Lafayette Anticipations, Flora Détraz présente deux performances, Tutuguri et donc Gesächt. L’occasion pour nous de voir enfin le travail de cette performeuse qui a notamment dansé pour Marlene Monteiro Freitas. La transition est parfaite avec le solo très dense de Marcelo Evelin. Ici, l’affaire est plus directe : 25 minutes, une idée, et y aller au bout !

L’idée, très rigolote et très pertinente et de s’emparer de la voix et des tics du baryton Dietrich Fischer-Dieskau qui (re)popularisa les Lieder au XXe siècle. Lyrique donc ! Quand on entre dans la salle, il y a la voix puissante du chanteur mort en 2012, et rien d’autre. Alors on écoute la puissance. 

Flora Détraz s’amuse à décomposer le mouvement et quand elle apparaît les cheveux comme électrocutés, tenus en pointe au dessus de sa tête, elle commence par taire la voix pour n’en garder que les expressions physiques. Cela l’amène à un mouvement presque sportif, au bord des mouvements cardios. 

Sa performance amuse, elle va au bout de l’exercice en proposant une rencontre public en yaourt et sans traduction avec le baryton ! 

L’ensemble est une réflexion, proche finalement de celle de Marcelo Evelin sur la musique du corps, sur ce que le son fait au corps, qu’il soit silence ou entendu. 

Echelle Humaine se tient jusqu’au 26 septembre, à Lafayette Anticipations ( 75004-Paris)

Visuel : Marcelo Evelin, Ai, Ai, Ai, Festival Échelle Humaine ©Lafayette Anticipations, Fondation des Galeries Lafayette. Photo © Marc Domage

L’agenda des sorties cinéma de la semaine du 22 septembre
A la Rencontre du chef Israélien Yariv Berreby lors de Taste of Paris : « Les schnitzels de ma mère, c’est ma madeleine de Proust »
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture