Danse
Filipa Correia Lescuyer propose une performance maîtrisée au festival de danse Plein Phare !

Filipa Correia Lescuyer propose une performance maîtrisée au festival de danse Plein Phare !

22 novembre 2022 | PAR Chloé Coppalle

Pour ce 2e jour du festival de danse Plein Phare, la danseuse Filipa Correia Lescuyer était l’invitée de Fouad Boussouf pour une performance ! Une occasion de danser au milieu du public venu nombreux et de présenter une œuvre maîtrisée et délicate…

Nouvelle direction pour la 1ère édition de ce festival

Peu après sa récente nomination à la direction du Centre chorégraphique national (CCN) du Havre, le chorégraphe Fouad Boussouf inaugure la première édition d’un festival de danse nommé Plein Phare (18/11-03/12/22). Le nom vient d’une volonté de mettre un coup de projecteur sur les différentes écritures chorégraphiques. Cette nouvelle direction s’est fixée trois objectifs : la création, le soutien aux artistes en leur donnant des moyens techniques et un lieu pour se produire, et la possibilité d’aller vers d’autres terrains comme des lieux publics afin de toucher plus largement les spectateurs. La question du public, c’est justement le point central de la performance de Filipa Correia Lescuyer, qui a déjà collaboré avec Fouad Bousssouf lors de spectacles tels que Oümen 2020.

Performance et danse guident le public

Les spectateurs sont à la buvette, ils prennent un café en attendant le spectacle. Personne ne se rend compte que la danseuse est parmi eux. Habillée de façon lambda, sans costume particulier permettant d’indiquer que quelque chose va commencer, elle se fond dans la masse. D’un coup, elle commence à danser. Il faut quelques secondes pour que chacun se concentre sur ce qui démarre et que la salle soit dans le silence. Accompagnée d’une très belle musique, Filipa Correia Lescuyer s’approche du public, s’assoit à côté des spectateurs, se place derrière eux, leur indique des points à fixer, des gestes effectués à suivre. Alors les uns se prennent au jeu des indications vraiment très fines ou regardent la danseuse se rapprocher puis sauter d’une table à une autre pour tourner sur elle-même. Puis elle se faufile entre les uns et les autres en réalisant des rythmes aériens dans une salle bondée aux recoins exigus. Sa danse n’est pas classique mais elle a la poésie de ce mouvement. Maîtrisée et délicate, Filipa Correia Lescuyer joue avec les mouvements du public avant de se lancer dans un solo mettant la virtuose de son écriture au centre de la performance et de la salle. Que le format de la performance plaise ou non, on apprécie cependant de la voir danser.

Pour un deuxième jour, la programmation se fonde dans le projet de Fouad Boussouf de questionner le rapport au spectateur. La danse, comment faire pour qu’elle touche tous les publics ? Après la performance de Filipa Correia Lescuyer, c’est au tour de la Carte blanche de Jann Gallois de faire du regardeur un acteur majeur de la création. Une programmation à suivre !

Visuel : © Isabelle-Banco

1ère édition du festival : du 18 novembre au 3 décembre 2022, le Havre

Jive Me de retour avec son nouvel album « Welcome to the World » (Interview)
L’agenda classique et lyrique de la semaine du 22 novembre
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration