Danse
Carolyn Carlson fait danser les tigres dans la maison du thé

Carolyn Carlson fait danser les tigres dans la maison du thé

13 juin 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Tigers in the tea house est une reprise d’un spectacle créé par Carolyn Carlson en 2004, il nous plonge dans l’univers préféré de la chorégraphe américaine : l’Asie.

Décor zen. Grand panneau en fond, trois en guise de pendrillons, un bassin rectangulaire d’eau rase que bientôt des pierres transformeront en jardin… zen

Zen l’entrée des trois danseurs prodiges qui semblent voler. A bien y réfléchir, comme dans un manga version chic, ils volent vraiment. La puissance de saut allié à une élégance du geste donne à leur performance une sensation de rêve éveillé.

Comme un trait d’identité, la directrice artistique du Centre chorégraphique national Roubaix – Nord-Pas-de-Calais propose une danse figurative et récitative. Le propos limpide est appuyé par des costumes faits de jupes et de pantalons amples. La fluidité est ainsi renforcée par les tissus virevoltants.

Nous sommes donc dans la maison du thé, un temple où la vie se déroule rythmée par les arts martiaux, les prières, les cérémonies du thé, les querelles et les rires. Pour raconter, une chorégraphie aux décalages et aux diagonales nombreux se déroule. Carolyn Carlson joue des couleurs pour indiquer les changements d’humeur. Rouge, beige, vert, l’atmosphère évolue comme une journée se passe. Cela s’inscrit dans l’origine même des artistes venant de Chine, de Corée et du Japon et cela se traduit par des influences dans le mouvement venant des trois pays. Le bouddhisme, le Tai-Chi et en fil… le thé bien sûr. Le dialogue entre les danseurs et la chorégraphe au moment de la création semble ici intense.

Trois hommes pour trois personnages :  un fou, un guerrier, un sage. Hommage sans appel aux cultures orientales et au trait de la plume asiatique.

Tigers in the tea House se regarde comme on lit une succession de poèmes au jardin. Les geishas s’invitent sous l’ombrelle, les cerisiers rose sont en fleurs. Un spectacle à l’univers apaisant d’une pure beauté.

Visuel : Frédéric Lovino

Mensonges d’été, l’art frémissant de la nouvelle par Bernhard Schlink
La révolution cubaine selon Georges Clooney
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture