Danse
Avec « Cette Terre me murmure à l’oreille », Christiane Emmanuel présente aux Zébrures d’Automne un spectacle pointu.

Avec « Cette Terre me murmure à l’oreille », Christiane Emmanuel présente aux Zébrures d’Automne un spectacle pointu.

29 septembre 2022 | PAR Chloé Coppalle

Ces 28 et 29 septembre 2022, la chorégraphe Christiane Emmanuel présente Cette Terre me murmure à l’oreille aux Zébrures d’Automne, seconde partie du festival annuel Les Francophonies, qui se déroule à Limoges. Un spectacle de danse contemporaine pointu, voire difficile.

Cette Terre me murmure à l’oreille raconte l’histoire de trois personnages qui semblent issus de trois univers distincts, mais qui se retrouvent sur scène pour se rencontrer, se découvrir, se disputer, se réunir. La représentation montre le développement de cette relation. À l’ouverture, ils grognent, avancent lentement à quatre pattes. Comme le son est porté par leur forte respiration, ce début questionne : est-ce que ce rapport à l’animal serait-il le lien avec la Terre qui murmure ? Une réponse en suspens. Pourtant, l’animalité n’a pas quitté la scène, qui garde un caractère féroce et qui se transforme en rapport conflictuel. Les trois hommes s’affrontent dans des face-à-face portés d’un danseur à un autre, se poussent, se font tomber à terre, se relèvent, s’aident même à se relever.  Abdoulaye Trésor Konaté, Christian Romain Kossa, et Jean-Félix Zaïre jouent trois personnages qui se rencontrent en incarnant les réticences que cela implique.

Le spectacle est une métaphore de l’évolution des relations, avec ses hauts, ses bas, ses compréhensions, ses craintes, ses rejets, ses moqueries, et ses acceptations. De la rencontre à la connaissance, Cette Terre me murmure à l’oreille est construit sur un jeu de duels et de triades. Puis, il y a les paroles. Cette fois-ci, les trois hommes se lient pour se disputer comme de vieux amis. Le ton de la confrontation porte toujours les interactions : on se charrie, on rigole ensemble et de soi-même. Ces dialogues sont portés en créole et ne sont pas traduits. Il aurait été intéressant de pouvoir accéder à une traduction, car une compréhension des échanges, qui ont l’air drôles et vivants, apporterait du sens à un public plus large de la scène qui se déroule.

En somme, Cette Terre me murmure à l’oreille est un spectacle pointu car les liens avec la Terre ne sont pas toujours évidents sur l’ensemble de la pièce. Un public ne connaissant pas correctement les codes de la danse contemporaine peut trouver l’ensemble abstrait, malgré le talent des trois danseurs, et l’humour incontestable de certains passages.

 

©Christophe Pean 2022

Durée : 55 minutes
Chorégraphie et Direction artistique : Christiane Emmanuel
Assistant chorégraphe : Pascal Séraline
Danseurs interprètes : Abdoulaye Trésor Konaté, Christian Romain Kossa, Jean-Félix Zaïre
Musiques : Jeff Baillard
Régisseur général et création lumière : Dominique Guesdon
Création costumes : Line Baker Bompa
Co-Production :
– Compagnie Christiane Emmanuel
– Les Francophonies Des écritures à la scène
– Le Centre Chorégraphique National de Tours
– La Maison Rouge : Maison des Arts
Spectacle crée en 2021
Résidence de création à La Maison Rouge : Maison des Arts (Martinique), CCN de Tours.
Oeuvre Lauréate de La Collection édition spéciale Archipel.eu portée par l’Institut Français et l’Union Européene
Diffusion
– Tropiques Atrium Scène Nationale – Octobre 2021
– CNN de Tours – Festival Dansez-Croisez – Mars 2022
– Biennale Internationale de Danse de Martinique- Avril 2022
– Les Zébrures d’Automne – Septembre 2022
– Mois Kréyol – Octobre 2022

Dans « Mon Éli », Paul Francesconi parle de l’exil dans un univers surréaliste abouti aux Zébrures d’Automne!
Biarritz : « Huesera » film d’horreur social sur la liberté de choix
Chloé Coppalle

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture
Registration