Cirque

« Minuit », dans les points de suspension de Yoann Bourgeois

« Minuit », dans les points de suspension de Yoann Bourgeois

18 avril 2014 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Le circassien Yoann Bourgeois, artiste associé à la MC2 Grenoble est pour quelques jours au Théâtre de la Ville-Abbesses pour présenter un florilège époustouflant de sa déjà belle oeuvre. Minuit sonne, dépêchez vous !

[rating=4]

Minuit_acc

Venez tôt, à 20 h, vous aurez la chance, si le ciel est d’accord, d’assister à un extrait de Noustube de Jörg Müller. Un dialogue s’installe entre une Marie Fonte dans les airs et lui immergé dans un tube d’eau de 4 mètres de haut. Eux , ne peuvent par définition ,pas se croiser et de leur pérégrination contrainte naît un ballet. Cette mise en bouche au spectacle nous donne le ton de Minuit, cette oeuvre par essence plurielle puisqu’elle se compose de sept extraits qui feront corps.

Yoann Bourgeois parle ainsi du point de suspension : « il désigne le moment précis – l’instant – où l’objet lancé dans les airs atteint le plus haut point de la parabole, juste avant la chute », et dans ce Minuit, tout est au bord de la dégringolade. Les cloches sonnent déjà, elles sont un tourbillon dangereux qui encercle Jörg Müller. L’heure est grave car plus rien ne fonctionne. Mathurin Bolze en équilibre voit ses appuis devenir chancelants. Pourra-t-il dire ce qu’il a à dire ? Yoann Bourgeois veut fuir mais son trampoline éclairé par le dessous le ramène toujours au sol... hard life. La roue tourne emmenant avec elle en son sein un Mathurin Bolze  enfermé comme un rat.

Minuit nous parle, au son de la harpe samplée en live de Laure Brisa, d’un amour qui est inatteignable, d’une course dont le but s’éloigne aussi vite que l’on court.  Si l’on rit ici devant ces maladresses volontaires, devant ces bras cassés, ces disputes à couper une chaise en deux, on rit sombre car, le cirque de Yoann Bourgeois n’est pas pour les enfants. Il fait jongler et rebondir les méandres des petits soucis, et nous glisse dans une atmosphère où il faut s’accrocher, car de façon générale, la chute est proche.

Visuel : Théâtre de la ville

Infos pratiques

Cheo Feliciano : una Estrella de la Salsa et de la musique s’en est allée
La recette de Claude : Pommes au four
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *