Cirque
Biac 2021 : « Ether » : Un envoutant duel aérien sur cordes

Biac 2021 : « Ether » : Un envoutant duel aérien sur cordes

08 février 2021 | PAR quentin didier

Pour sa quatrième édition, la Biennale internationale des arts du cirque n’ouvre ses portes qu’aux professionnels, situation sanitaire oblige. Ces « rencontres professionnelles » organisées sur quelques jours au début février en partenariat avec la fondation BNP Paribas, permettent aux artistes de tout de même présenter leur travail devant du public. C’est à la ZEF scène nationale de Marseille que la compagnie Libertivore dévoile sa dernière création « Ether », un sublime spectacle sur cordes.

La lumière de la salle s’éteint, celle de la scène s’allume, et nous découvrons ces deux grands voilages blancs qui composent le décor de ce voyage dans l’éther. L’un est au sol, l’autre en suspension dans l’air. Quelques instants après deux silhouettes en sortent non sans surprise. Les deux interprètes, Pauline Barboux et Jeanne Ragu, vont évoluer pendant une heure sur de longues cordes reliées à ces imposants draps blancs.

Une véritable performance athlétique

C’est en effet ce qui frappe en premier lieu dans Ether, les capacités physiques déployées par les deux artistes. Pauline Barboux et Jeanne Ragu réalisent une impressionnante performance comme seuls les arts du cirque savent proposer. Elles évoluent tout au long entre ciel et terre, usant de leur force et leur agilité pour se mouvoir d’un espace vers un autre. Les artistes se rapprochent, se collent, s’éloignent brusquement tout cela avec une force et une maîtrise qui fascinent et subjuguent. Tout mouvement est parfaitement pensé, calibré, exécuté sans la moindre fausse note. En cela cette création de la compagnie Libertivore convainc déjà totalement, Pauline Barboux et Jeanne Ragu sont au sommet de leur art, et leur performance purement athlétique laisse sans voix.

Un spectacle envoutant

Mais Ether n’est pas un spectacle uniquement basé sur la performance. On assiste en effet à un sublime bal lancinant donné entre ciel et terre. Les longues cordes apparaissent comme des liens entre ces deux mondes mais également entre les deux personnages. Ether narre plus qu’une simple relation, mais bel et bien un duel physique et métaphysique entre ces deux entités qui se confondent. L’une se fait parfois le miroir de l’autre, ou bien son exact contraire dans une chorégraphie enchanteresse. Elles cherchent à se partager ce monde nouveau et inconnu. Le spectacle de la compagnie Libertivore révèle autant qu’il noie diverses et intenses émotions. De cette confrontation sur cordes nait une relation aérienne où la proximité est constamment suggérée. Les prestations pleines de grâce de Pauline Barboux et Jeanne Ragu transportent et hypnotisent. Nous voyageons sans trop savoir pourquoi ni comment. En résulte une expérience particulièrement fascinante marquée par des dernières minutes haletantes qui se concluent en apothéose. Mais que sont devenues ces deux silhouettes disparues dans ce voilage blanc ?

Ether

Libertivore

Ecriture, Chorégraphie : Fanny Soriano

Interprètes : Pauline Barboux et Jeanne Ragu

Scénographie : Oriane Bajard et Fanny Soriano

Lumière : Cyril Leclerc

Musique : Grégory Cosenza

Costumes : Sandrine Rozier

Collaboration chorégraphique : Mathilde Monfreux

Régie générale : Vincent Van Tilbeurgh

Production et diffusion : Sarah Mégard et Nicolas Feniou

Administration de production : Elyane Buisson

Visuels : ©Gaël Delaite Dossier de presse

La Biennale de Venise récompense Krzysztof Warlikowski et Kae Tempest
Exposition de Noriko Fuse
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture