Galerie
Exposition de Noriko Fuse

Exposition de Noriko Fuse

08 février 2021 | PAR Pauline Lisowski

Noriko Fuse a d’abord une pratique de la gravure à travers laquelle l’accident fait surgir d’heureux assemblages. « Je joue avec ces formes, ces matières et les taches créées par le hasard. Je choisis, laisse ou efface. Ensuite, j’ajoute des choses superposées, et l’image se construit finalement à partir de telles interactions », explique-t-elle. Ses œuvres sur papier présentent des jeux de composition, des rythmes de formes entre fini et non fini.

Actuellement, elle développe un travail pictural d’une grande liberté dans le choix des techniques et des formats de toiles. Au départ, la toile est libre et lui permet d’explorer des découpes et des collages. Elle puise son inspiration dans les formes des végétaux, de la nature, et crée par un processus d’effacement et superposition. « La source de l’image peut être le paysage, ou elle peut être le détail de plantes, ou des ombres. Parfois, des formes abstraites me viennent à l’esprit comme la fraicheur de l’air dans la mémoire, le bruit de la nature ou l’odeur de l’herbe. » précise Noriko Fuse. Ses œuvres présentent à la fois une esquisse de paysage, des formes et des détails affirmés.
Plusieurs strates se révèlent dans ses peintures. Celles-ci incarnent le surgissement de souvenirs d’éléments de paysages, des lignes d’horizon colorées, des silhouettes d’arbres, des plantations, des pétales de fleurs en envol. Quelques points de couleurs captent notre attention et créent un mouvement, nous conduisant à nous déplacer, comme dans un jardin. Une grande place est consacrée au blanc teinté de couleurs, recouvert de différentes couches picturales. La toile vierge est apparente par endroit. En prenant le temps de regarder ses peintures, nous percevons les sédiments, les étapes de formation de ses paysages esquissés.
L’artiste laisse visibles les traces de ses divers assemblages et ses peintures relèvent alors de palimpsestes de gestes. Ses œuvres sur toile condensent des émotions ressenties, des contacts de toucher des plantes et des atmosphères changeantes.
À la galerie UNIVER, nous sommes invités à prendre le temps de contempler ses peintures récentes dans lesquelles se dévoilent des détails de végétaux. Pour poursuivre la découverte de son travail artistique, la galeriste Colette Colla a mis en avant ses gravures, compositions de formes qui se superposent et paraissent se détacher de la feuille.

Exposition de Noriko Fuse, Galerie Univer, Colette Colla, Paris, Jusqu’au 6 mars.

visuels :
Forme jaune (triptyque III) Monotype et collage – 2019 39 cm x 89 cm
Horizon III, Acrylique, pastel et collage sur toile découpée – 2020 90 cm x 63 cm
Forme et ligne I – 3, Monotype et collage 39 cm x 29 cm, 2020
Forme et ligne I – 4, Monotype et collage 39 cm x 29 cm, 2020
Photo : © Galerie Univer

Biac 2021 : « Ether » : Un envoutant duel aérien sur cordes
La Maison Chanel inaugure son premier rendez-vous littéraire
Pauline Lisowski

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture