Chanson
Le Amsterdam Klezmer Band et Lembe Lokk clôturent l’édition de Jazz’N’Klezmer en rythme et en fête.

Le Amsterdam Klezmer Band et Lembe Lokk clôturent l’édition de Jazz’N’Klezmer en rythme et en fête.

22 novembre 2021 | PAR Yaël Hirsch

La clôture de la 19e édition du Festival Jazz’N’klezmer nous a convié à une grande fête dans la salle de concert de la Bellevilloise, avec un casting à la fois riche de purs états d’âmes, de fragments d’Europe et qui donnait envie de danser : les incontournables néerlandais du Amsterdam Klezmer Band et en première partie la découverte blues de Lembe Lokk et sa chanteuse estonienne. 

La découverte venue de l’est : Lembe Lokk

C’est donc avec la chanteuse estonienne Lembe Lokk et ses deux musiciens que le concert a commencé. Une belle découverte entre klezmer, chanson et folk, avec une sensibilité à la Barbara, une présence incandescente sur scène et une multitude de langues. Une performance qui a emporté l’adhésion des fans de Jazz’N’Klezmer venus très nombreux pour cette soirée de clôture. 

Les renouveaux du Amsterdam Klezmer Band 

Vers 21h30, les six musiciens de Amsterdam Klezmer Band sont montés sur scène. Beaucoup étaient venus de loin pour entendre ce qui est probablement un des meilleurs groupes de Klezmer du monde, et les plus anciens fans (le groupe célèbre ses 25 ans) avaient réservé leur siège au bord droit de la scène depuis 19h30. Et le groupe qui privilégie les créations, mais n’oublie jamais la tradition et le folklore, notamment lorsqu’il nous fait danser sur des chansons de mariage, a commencé par des titres de son 15e album, Fortuna (2020).

Un opus où ils se renouvellent grandement, avec notamment une collaboration avec le producteur Stefan Schmid, membre du Zuco 103, groupe d’influence brésilienne. Le résultat est varié, avec des solos de chacun des musiciens à applaudir et célébrer, des moments plus instrumentaux, avec des temps de bravoure (notamment pour Jan Van Strien à la clarinette et Job Chajes à la trompette), mais aussi des temps de chants, interprétés par Alec Kopyt. A l’accordéon, Ellen van Vliet est très touchante. A la fois attentif et très réceptif à ces extraordinaires musiciens, le public de la Bellevilloise ne peut s’empêcher de danser et cela demeure un petit miracle après des mois de confinement. La clôture de Jazz’N’Klezmer est une bouffée régénérante qui donne bien de l’énergie pour affronter l’hiver qui est déjà là…

visuels (c) YH

 

Grès, l’ingrédient d’une révolution sociale et culturelle
La playlist qui commence petite
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture