Musique
Une playlist et une excuse de plus

Une playlist et une excuse de plus

15 novembre 2021 | PAR Antoine Couder

 Cette semaine La Dolce Vita, Nilüfer Yanya, Rosalía, Rucksucre, Bill Callahan & Bonnie Prince Billy.

Stabilise— Nilüfer Yanya

Une première excuse : citer directement la chanteuse. «  Une grande partie de la ville n’est que gris et béton, il n’y a pas d’échappatoire. Le clip qui accompagne le single joue sur ce thème. Il se déroule dans les profondeurs de la réalité de la vie quotidienne, où nous sommes les seuls à être vraiment capables de nous sauver ou de nous perdre. ‘Parfois, il faut espérer que tout ira bien »

Tout bleu— Rucksucre

Une seconde excuse : profiter de la savante virtuosité de musiciens accomplis pour se faire mousser en direct sur les réseaux. Placer l’air de rien l’ultra-confidentielle Simone Aubert entre la heat-girl du moment et quelques bonnes valeurs sûres. Banaliser la marge, laisser entendre que tout cela est absolument ordinaire.

Kidnappted by Neptune (feat.Hamerkop) — Bill Callahan & Bonnie Prince Billy.

Une troisième excuse quasiment annoncée plus haut et de ce fait déjà intégrée : choper la petite fabrique à clics des vieux héros de la « bonne » musique qui en remontent grave à tous, y compris à Nick Cave et Warren Ellis. Parce que drôle, un peu surréaliste et inattendu. Le titre pourrait presque se retrouver dans la playlist de France Info.

Love in Portofino— La Dolce Vita

Une quatrième excuse : retourner complètement la situation avec une petite troupe d’amateurs qui reprennent de vieux tubes italiens. Le nom du coiffeur et le choix des morceaux demeurant ici l’affaire cruciale. Ajouter que le titre vous a été révélé par l’intelligence artificielle des réseaux sociaux, entre inspiration électronique et hasard objectif. Imparable.

La Fama (feat.The Weeknd) — Rosalía

Une cinquième excuse : taper du poing sur la table et révéler la vérité, crier haut et fort sa dévotion pour la petite chanteuse de Catalogne qui remet le couvert avec la star planétaire Abel Makkonen Tesfaye, de deux ans son aîné et bien obligé de travailler sérieusement son falsetto. Et ne plus rien dire, se laisser transpercer.

 

Visuel :© Tout bleu— Rucksucre

Aujourd’hui musiques à la croisée des genres à Perpignan
Liber, de Maguelone Vidal, à l’Archipel
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionné pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Son travail explore le lien narratif entre document et fiction et plus particulièrement le thème de la musique et de la danse . Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (et de Castor Astral, 2021)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture