Classique

Aujourd’hui musiques à la croisée des genres à Perpignan

15 novembre 2021 | PAR Gilles Charlassier

Aujourd’hui musiques s’ouvre sur une soirée à la croisée des formes et des répertoires emblématiques de la direction que Jackie Surjus-Collet, la programmatrice du festival, a impulsé au festival depuis son ancrage au Théâtre de l’Archipel.

[rating=4]

Reprenant essentiellement la programmation initialement prévue pour l’édition 2020, annulée en raison de la pandémie, le cru 2021 d’Aujourd’hui musiques s’ouvre sur une expérience singulière proposée par Wilfried Wendling et La Muse en circuit : Fake, tout est faux, tout est fou. Cette déambulation sous casque mêle l’histoire de Peer Gynt, le héros d’Ibsen, contée par Abbi Patrix, avec un tissu sonore hétérogène, où une création musicale et électroacoustique interagit avec l’environnement urbain. Avec un parapluie autour du Théâtre de l’Archipel en ce vendredi soir d’ouverture, le public est plongé dans un récit multidimensionnel qui s’ouvre sur un flux de bribes d’infos en continu – dont la juxtaposition peut susciter de troublants effets comiques. Du tourbillon d’actualités, où le vrai et le faux se confondent, émergent les aventures de Peer Gynt, affabulateur invétéré, commentées par le récitant, qui ne néglige pas les interactions avec les spectateurs ou les passants. Des séquences jouées aux percussions par Linda Edsjö et des halos de voix irréelles confiés à Anne Alvaro se superposent à des traces de la musique de Grieg pour compléter une narration aux confins du fantomatique, où perceptions et fiction finissent par se confondre, dans une bulle absolument poreuse, qui est dupliquée samedi devant le Théâtre municipal, et dimanche place Gambetta, renouvelant ainsi à chaque fois l’expérience de Fake.

Après ce début de soirée hors les murs, le public est ensuite invité, comme cela est désormais l’usage à Aujourd’hui musiques, à un concert dans le hall, en accès libre. Ce vendredi 12, Alex Augé propose, avec Solipsie #5, un tissu musical enveloppant l’auditeur à l’heure de l’apéritif. Le canevas est le plus efficace dans les effets de textures et d’hypnotisme, façonnant un espace sonore, plus que dans les épisodes plus mélodiques parfois un peu sucrés.

Cette inspiration aux frontières de la pop prélude opportunément au concert d’Aquaserge, avec ses relectures rock, jazz et psychédéliques de quelques pages de la musique contemporaine faisant tomber, dans ces variations, les barrières entre la création savante et les genres populaires. Les textes, parlés ou chantés, passent d’un pupitre à l’autre parmi les huit musiciens de l’ensemble, au gré des pièces, donnant à l’ensemble l’allure d’une mosaïque chorale qui décline la diversité des relectures. Si les extrapolations autour de Ligeti (Le poème du poème symphonique sans métronome ; Nuit terrestre, Nuit altérée, dus au guitariste Benjamin Gilbert) ou de Varèse (1768° ; Un grand sommeil noir) s’éloignent parfois de la lettre sinon de l’instinct du modèle et n’évitent pas toujours quelques déséquilibres de balance acoustique, surtout quand l’amplification intervient, les stases de l’univers de Feldman, comme en suspension, (Only ; The possibility of a new work for electric guitar ; ainsi que l’hommage d’Aquaserge dans Comme des carrés de Feldman) sont adaptées avec une créativité qui ne trahit pas l’original, mais au contraire le renouvelle et le prolonge. Sans doute faut-il y voir une affinité particulière avec le minimalisme du compositeur américain, lui même plus favorable à l’exercice de réécriture et de réorchestration auquel se livre Aquaserge. Mentionnons encore l’Hommage à Giancinto Scelsi de Benjamin Glibert, To Baku de Camille Emaille, aux percussions, ou le conclusif Cover (A Robert Ashley et Laurie Anderson) de la bassiste Audrey Ginestet, qui complètent ce voyage sonore à l’image du festival Aujourd’hui musiques : un carrefour où prime la rencontre entre les esthétiques et les publics. Le pluriel n’est pas une vaine précision, mais au contraire une authentique raison d’être.

Gilles Charlassier

Festival Aujourd’hui musiques, Fake, Aquaserge, journée du 12 novembre 2021, festival jusqu’au 21 novembre 2021.

©

Quand X-Files rencontre David Lynch : « Pacific Palisades », ou ce qui reste quand le sens de la réalité a foutu le camp
Une playlist et une excuse de plus
Gilles Charlassier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture