Musique
La playlist catégoriquement Rock’n roll

La playlist catégoriquement Rock’n roll

06 mars 2022 | PAR Antoine Couder

Une semaine à bouger sa colonne vertébrale avec Grace Ives, Romero, Whitney K, Robert Stillman et Tobias Dray.

Loose — Grace Ives

Que le végétal rencontre l’animal et par là même la sauvagerie que traquent sans cesse les artistes de scène n’est pas toujours de bon aloi. En témoigne la difficile cohabitation de Grace avec quelques insectes pas très bienvenus qui retourne les incantations écoféministes en joli petit ras-le-bol rock’n roll. Bien envoyé.

Cherry Ocean — Robert Stillman

Sans doute le morceau de la semaine pour cette échappée belle en bordure de notre propos rock’n roll. Composition très sophistiquée qui ramène la musique traditionnelle américaine au sommet des avant-gardes, pour la transformer en quelque sorte la reprendre en main. Le résultat est tout en précision et grandeur, faussement minimaliste, faussement pop, faussement tout. Purement authentique.

Espada Primo — Tobias Dray

Suivez la ligne de basse, entre Prince et Beck, les années 1990 qui riaient encore du recul dont elles disposaient sur le patrimoine musical. Dray ramène tout ça de France, et de TikTok, noble et gracieux dans sa façon de citer sans piller. Rock’n roll is not dead.

While digging through the snow — Whitney K

On pense à Leonard Cohen qui aurait chiadé son petit chant en sifflements, y ajoutant ce que son lyrisme réclame. Ici tout concourt à conserver l’impulsion esthétique; voix, arrangement et harmonie travaillant cette même volonté de dégager la piste et de faire place à la lumière.

Turn it on — Romero

Un authentique plaisir coupable pour finir ; ce rêve toujours vivant consistant à imagier qu’une fille à l’ancienne peut se lover danses gimmick rock’n roll et allumer le feu en secouant ses cheveux ou en fixant la caméra d’un air aguichant dans le but d’épuiser un à un tous les solos dont ses sbires se font les héros.

Des atouts et des carences pour Don Carlos de Verdi au Metropolitan Opera de New York.
Entre cirque et performance, « Blanc » ou la couleur de l’insconscient
Antoine Couder
Antoine Couder est journaliste. Il est l’auteur de « Fantômes de la renommée (Ghosts of Fame) », sélectionné pour le prix de la Brasserie Barbès 2018. Il prépare actuellement une biographie de Jacques Higelin (Ed. du Castor Astral, septembre 2022) ainsi qu'un roman musical, à paraître cet été 2022 aux éditions de l'Harmattan.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture