Musique

Troisième édition du Fuckfest à Mains d’Oeuvres les 23 et 24 avril

07 avril 2011 | PAR Camille Jamain

Époustouflante programmation pour la troisième édition du Fuckfest qui présentera rien de moins que Kourgane, Marvin, Shub, Aerôflôt, Basement entre autres réjouissances.

Le printemps 2011 sera noise, et la troisième édition du Fuckfest ne déroge pas à la règle. Accueilli une nouvelle fois au sein des éclectiques locaux de Mains d’Oeuvres, tout porte à croire que le week-end du 23 et 24 avril restera comme un temps fort de cette année. Etalée sur deux jours l’affiche foisonne de formations surprenantes et incontournables de la scène indépendante française.  Chaudement recommandée aussi bien pour les experts de rock indépendant que pour les curieux amateurs de très bonne musique.

Samedi 23 avril : Kourgane – Basement – Chevreuil – Pord – Les Louise Mitchels – Desicobra

Kourgane c’est un rock chamanique qui ne se définit pas : il faut en faire l’expérience. Aux frontières d’un noise puissant et d’une avant-garde en perpétuel mouvement, les Palois du fameux collectif A Tant Rêver du Roi (Tetsuo, Tapetto Traci) illumineront la soirée de leurs messes incantatoires répétitives teintées de poésie et de transe pour ce qui est seulement leur deuxième concert parisien en 15 ans d’existence.

Basement sera aussi de retour au Fuckfest. Les Bordelais ont dans leur sillage créé une véritable petite communauté de fans qui ne s’est jamais étiolée après néanmoins une absence de près d’une dizaine d’années. Véritable emblème du noise français avec leur son si franc et efficace ils en sont un des acteurs les plus attendus du weekend.

Autre vétéran, Chevreuil délivrera son math-rock classieux au centre de l’arène à la manière de Pneu ou Lightning Bolt. Un brin plus sage mais tout autant percutant le duo avec Julien Fernandez à la batterie (aussi aux baguettes dans Passe-Montagne et aux manettes d’Africantape) réjouira les amateurs du genre.

Engagé dans une tournée-marathon pour défendre son nouvel album, Pord fera escale au Fuckfest le temps d’un concert qui ne laissera personne de marbre. Le trio de Lozère surexcité développe un math-noise imparable, complexe mais néanmoins intelligent qui ne saurait céder aux sirènes du superflu.

Premier régional de l’étape, Les Louise Mitchels, combo punk-noise instrumental  surprend déjà depuis quelques temps avec sa recette dénuée d’évidence et pourtant d’une rare accessibilité.

Enfin, Desicobra autre formation parisienne sera à coup sur un des événements les plus marquants de ce samedi. Comptant en son sein des membres de Shub, Warehouse et Schoolbusdriver, celui qui ne s’est jamais déchainé au son transe-psychédélique des claviers du récent trio risque de récolter, comme moi il y a peu, un méchant mal de cou et une irrésistible envie d’y retourner.

Dimanche 24 avril : Marvin – Shub – Headwar – Aerôflôt – La Race – Ultracoït

Qui n’a jamais entendu parler de Marvin ces quatre dernières années doit vivre reclus dans son bunker en attendant l’hiver nucléaire. Le trio montpelliérain a littéralement écumé les scènes d’Europe, une multitude de collaborations, une tournée chorale mémorable en compagnie de Pneu, Papier Tigre et Electric Electric et deux albums en main dont le dernier Hangover the Top au titre quasi prémonitoire pour cette fin de week-end. Fer de lance d’Africantape, c’est à force de sueur et de kilomètres que Marvin a imposé son dance-noise comme une évidence sur la scène française. Marvin c’est un avion qui décolle, Marvin c’est la joie dans la fureur.

Autre tête active d’A Tant Rêver du Roi, Shub est un trio nîmois déversant un mélange de surf-rock épique et de noise hurlant autant indispensable que sous-estimé. Car Shub, au delà d’un cercle d’amateurs et après trois albums, ne s’est hélas ! jamais vraiment imposé. Une séance de rattrapage mémorable et un des points d’orgue du Fuckfest.

Headwar sous un nom étrange rappelant plus volontiers les formations carnavalesques scandinaves que leur noise improvisé sera pour les puristes du genre la surprise du weekend pour les autres une étrange curiosité.

Issu des prolifiques caves bordelaises, Aerôflôt est pour la plupart d’entre vous la marque d’un retour en grâce d’un fleuron soviétique. Mais ne vous y trompez pas, si vers chez vous (c’est-à-dire Paris) le post-punk des Aerôflôt est un mystère, vers chez moi (c’est-à-dire Bordeaux) ils sévissent avec un quasi statut de groupe culte. Pour preuve vous y retrouverez des membres de Year Of No Light, Calc et Déjà Mort.

La Race est pour l’heure un mystère prometteur venu d’Amiens au noise lo-fi des plus bruts.

Dernier combo local, Ultracoït vient clore cette affiche avec sa noise lorgnant allégrement vers les contrées les plus sombres et les plus primitives. Le quatuor comptant parmi lui rien de moins que des membres de Do You Compute, Crippled Old Farts, Beckfords, Fatabo, Use Of Procedure et Unsane nous promet encore un grand moment de n’importe quoi jouissif.

En bonus un sampler avec un morceau de chaque groupe

Comme pour les éditions précédentes, le Fuckfest 3 sera aussi l’occasion de réunir, en plus des groupes, d’autres acteurs de la scène indépendante : exposition d’affiches rocks sérigraphiées,  stands de dédicaces d’illustateurs/auteurs de BD, stands de distro, merchandising, fanzines, magazines et labels spécialisés…

Un évènement à ne rater sous aucun prétexte pour les amateurs de musiques underground ou « middleground » et pour les autres aussi.

Infos pratiques

Hip-hop : Cunninlynguists, Oneirology
Gagnez 3×2 places pour Troy Von Balthazar à la Machine du Moulin Rouge le 15 avril
Camille Jamain

One thought on “Troisième édition du Fuckfest à Mains d’Oeuvres les 23 et 24 avril”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *