Musique

The Horrors au Trabendo le 30 novembre

10 novembre 2009 | PAR Mikaël Faujour

Le jeune groupe anglais de garage/psychobilly se produira au Trabendo le 30 novembre. L’occasion de découvrir l’un des groupes les plus excitants de ces temps-ci.

En 2007, paraissait Strange House, premier album de ces Anglais venus de Southend (comme les Baddies). Un disque excellent dans lequel ils envoyaient un rock féroce, bouillonnant à souhait et franchement excitant, à la confluence entre énergie punk, expériences post-punk, noirceur gothique, psychobilly, stridences noisy pop, et son crapoteux & interlope de garage rock psychédélique. Les petits gars avaient digéré les Sonics, les Cramps, les Jesus & Mary Chain, Joy Division, The Birthday Party, Bauhaus… et développaient un rock nerveux et saignant très proche de ce que faisaient les Eighties Matchbox B-Line Disaster. Franchement accroché, on attendait la suite.

Les voilà de retour au printemps 2009, avec un deuxième album, co-produit avec Geoff Barrow (Portishead) et Chris Cunningham (que l’on connaissait surtout comme réalisateur, pour avoir notamment illustré de monstruosités les morceaux insanes d’Aphex Twin telles que « Come to Daddy »). Primary Colours, dont la pochette au flou inquiétant rappelle furieusement celle du Pornography (1982) des Cure de la période décadente, voit le groupe évoluer vers une nouvelle direction. Peut-être moins sinistre et oppressant (quoique…), cette fois teinté par instants de new wave (« Scarlet Fields ») mais toujours sombre, la musique de The Horrors mise autant sur l’énergie que sur les textures sonores noisy à la My Bloody Valentine (« Three Decades ») et des ambiances insanes qui valent bien celles de Suicide. Claviers sans âge, en suspension, basse tripale, guitares grésillantes, voix imprécatrice entre le Ian Curtis nerveux de « Ice Age » (pas un hasard, sans doute, si l’un des titres de l’album est « New ice Age ») ou de « New Dawn Fades », Paul Banks (Interpol) et un Jarvis Cocker (Pulp) atrabilaire.

Sans doute ne faut-il pas trop en dire sur ce remarquable groupe. Écoutez-les plutost. Quant à nous, nous tâcherons d’aller les voir dans la petite salle du Trabendo, idéale pour ce groupe.

The Horrors, au Trabendo, le 30 novembre
Strange House (Loog, 2007) et Primary Colours (XL, 2009)


Ionesco, une nouvelle manière de penser le monde
Eiffel : chronique de A tout moment
Mikaël Faujour

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *