Musique
Procès perdu pour Eric Zemmour, le « con » de Youssoupha

Procès perdu pour Eric Zemmour, le « con » de Youssoupha

29 juin 2012 | PAR Sarah Barry

Le rappeur Youssoupha vient d’être déclaré « non coupable » par la cour d’appel de Paris dans l’affaire démarrée en 2009, qui l’accusait d’injure et de diffamation à l’encontre du chroniqueur Eric Zemmour.

L’intrigue commence en mars 2009 suite à la diffusion sur internet de la chanson A force de le dire, extraite du deuxième album de Youssoupha. Selon ce lieu commun du rap français qui dénonce la stigmatisation des banlieues, apparaissaient les mots suivants : « A force de juger nos gueules, les gens le savent qu’à la télé souvent les chroniqueurs diabolisent les banlieusards, chaque fois que ça pète on dit que c’est nous, je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour ».

Après diverses péripéties judiciaires, la cour d’appel a décidé de ne pas donner satisfaction à Eric Zemmour, considérant ce dernier comme un personnage public « connu pour son sens pas toujours bienveillant de l’humour et de la formule ». Il a donc été établi que le profil du plaignant engageait à « une plus grande tolérance » vis-à-vis de ses détracteurs, et que le texte en question ne dépassait pas « les limites admissibles en matière de liberté d’expression artistique ».

Le jugement est sensible. Il prend la défense du rap, que le perdant du jour avait qualifié de « sous-culture d’analphabètes ». Que chacun mette de l’eau dans son vin à l’avenir !

 

Visuel : (c) Thesupermat

BD: Fabien Nury et Thierry Robin rappellent l’effroi des funérailles à Staline (La mort de Staline, Tome 2)
Bref, c’est la fin de « Bref »
Sarah Barry

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture