Livres

BD: Fabien Nury et Thierry Robin rappellent l’effroi des funérailles à Staline (La mort de Staline, Tome 2)

29 juin 2012 | PAR Yaël Hirsch

Fabien Nury au texte et Thierry Robin à l’image livrent la suite très attendue de « La mort de Staline ». Alors que le premier volume de la BD avait évoqué les circonstances louches du décès et de l' »Agonie » du petit père des peuples, ce deuxième volume imagine avec une acuité effrayante le balllet  des conspirateurs dans les coulisses de l’enterrement du chef d’État. Mad men, mais du côté oriental de la force, là où il n’y a plus de grande lueur.

Le 8 mars 1853, le Politburo décide finalement d’annoncer la mort de Staline. Pour la sucession, tous les coups semblent permis, y compris ressortir de sa prison la fille de Staline que tous croyaient morte. Alors que Beria est la figure forte qui semble naturellement prendre la suite du Chef disparu, Khrouchtchev  se retrouve le bec dans l’eau lors de la distribution des portefeuilles. mais en charges des funérailles officielles de Staline. Alors qu’une grande partie du peuple soviétique se déplace pour rendre hommage à celui qui les a dirigés pendant 30 ans, le Poltiburo réalise un peu tard que cela risque de créer du désordre. Les camarades venus à Moscou pour les  funérailles se trouvent bloqués aux portes de la ville et traités avec violence…

Dans des couleurs grises, noires et rouges, avec un texte aussi fin que précis et d’un trait assuré qui semble souvent au bord de la psychose, Fabien Nury (Il était une fois en France, Atar Güll) au texte et Thierry Robin (Triolo, Mikado) parviennent à recréer l’inquiétante atmosphère de conspiration et la noirceur des convoitises qui s’affrontent dans les coulisses d’un enterrement  en grande pompe. Si les deux auteurs de cette BD forte en émotions se gardent bien de jouer les historiens en la présentant comme « une fiction », il n’en prennent pas moins parti en suggérant que le totalitarisme soviétique, où la vie d’un homme ne vaut rien ne s’arrête pas avec la mort de Staline. En tout cas pas en 1953. Ce qui nous laisse curieux de savoir si et comment la suite de la « Mort de Staline » va traiter le 20ème Congrès du PCUS  … Encore une fois, nous voici donc sur notre faim, comme après une excellente saison d’une série parfaitement ficelée. L’on relira les deux premiers volumes en attendant la suite.

Fabien Nury et Thierry Robin, « La mort de Staline »,  Tome 2- Funérailles, 64 p., Quadrichromie, couverture cartonnée, Dargaud, 13.99 euros. Sortie le 25 mai 2012.

The Island, plongeon dans la folie identitaire ( En salles le 11 juillet )
Procès perdu pour Eric Zemmour, le « con » de Youssoupha
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture