Pop / Rock

Un festival à l’Ouest dans la ville du Havre

Un festival à l’Ouest dans la ville du Havre

09 octobre 2017 | PAR Sarah Lapied

C’est autour du Tetris, devenu le lieu incontournable de la scène musicale havraise, que s’est déroulé, du 4 au 8 octobre, le festival Ouest Park pour sa 14ème édition. Et pour les 500 ans de la ville, célébrés depuis plusieurs mois, les organisateurs ont redoublé d’imagination.

Des têtes d’affiche dans le vent et une ambiance de cirque ambulant : voilà les clefs du succès de cette édition 2017 du Ouest Park Festival, événement attendu des Havrais qui se déroule tous les ans au Fort de Tourneville. La ville portuaire profite des célébrations de son 500ième anniversaire et de la médiatisation de son ancien maire devenu Premier Ministre, Edouard Philippe, et voit grimper la réputation du festival en attirant des spectateurs venus de plus en plus loin.

C’est en passant les grandes portes du Fort que l’on réalise à quel point l’endroit s’est métamorphosé ces dernières années : le grand espace laissé en friche pendant longtemps compte désormais une scène au look moderne et ludique, le Tetris, ensemble de cubes colorés et transparents, et pour les quelques jours que dure le Ouest Park, des chapiteaux surmontés de néons clignotants, ainsi que des roulottes et caravanes en tout genre où l’on peut se faire photographier ou bien se restaurer.

Vendredi 6 octobre, c’est le jeune Georgio (déjà entendu aux Solidays 2017), étoile montante du rap, qui ouvre le bal. Il a toute l’énergie qu’il faut, mais ce sont surtout ses textes soignés au références inattendues qui font mouche. Les ados connaissent déjà les paroles et les scandent en cœur, tandis que les adultes, un peu intrigués, écoutent ce jeune leur parler des mythologies grecques et bibliques, de Salomé, de la déesse Héra, titre de son dernier album – écrit avec l’alphabet grec – ou de poésie russe avec son titre « Svetlana et Maïakovski ». Georgio n’a que 24 ans et la maturité que l’on perçoit dans les titres de ses chansons et dans les thèmes convoqués surprend.

On remarquera aussi la performance électrisée de Mat Bastard, groupe fondé par l’un des anciens membres de Skip the use, qui joue à fond la carte du punk-rock en assumant un côté rétro et décalé. Sur la grande scène sous chapiteau, la chanteuse de Morcheeba, groupe anglais célèbre à la fin des années 90 pour ses tubes ‘Rome Wasn’t Built In a Day’ ou ‘Blood Like Lemonade’ et tête d’affiche de ce vendredi, s’impose tout en douceur avec sa voix suave et son apparence glamourissime. Tout au long de la soirée, on a aussi entendu Keziah Jones et ses sons blues, Timber Timbre, French 79, Ko Ko Mo, La Poison, The Buttshakers et Irene Dresel.

Le lendemain soir, l’ambiance du grand chapiteau gagne encore quelques degrés lorsque les reggaemen (français) de Dub Inc arrivent sur scène : les deux chanteurs, Bouchkour et Komlan, savent allumer leur public tout en prônant la paix, la fraternité et l’aide aux plus démunis à travers leurs textes, en français, en anglais et en kabyle. Ce sont les anglais de Metronomy qui prennent le relais avec leur électro feel good : le tube ‘The Look’, que tout le monde a déjà entendu depuis sa sortie en 2011, est soigneusement gardé pour la fin du show. A côté de ces deux vedettes, on note que l’Orchestre tout puissant XXL n’est pas si XXL que ça, mais en revanche plutôt puissant : on adore le son des violons et du trombone à coulisses pour faire la fête. Enfin, le jeune trio de Lysistrata (masculin, malgré son nom), qui commence tout juste à enchaîner les scènes, se débrouille déjà très bien dans un style très rock mais loin des clichés. Les autres présents sur scène ce soir-là : Mr Oizo, les loufoques Ludwig von 88, reformés en 2016, Hanni El Khatib, Nova Twins, Aloha Orchestra et The Jacques.

Le Ouest Park se termine le dimanche 8 octobre pour une journée de concerts gratuite avec Mai Lan, Scars, Freez, les Rouennais de MNNQNS et, pour finir, Féfé dont on découvre le nouvel album ‘Mauve ‘ sorti au début de 2017. Le 8 octobre, c’est aussi la date exacte de charte de la fondation du Havre en 1517 : on espère qu’avec cette édition de Ouest Park, la ville aura apprécié sa fête d’anniversaire.

Crédits photo : A. Sirbu

Affiche : ouestpark.com

Stupéfiant! dévoile ce soir les dessins érotiques d’Yves Saint-Laurent
L’inabouti « Parlement des cigognes » de Valère Staraselski
Sarah Lapied

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *