Pop / Rock
[Réédition] Van Morrisson : « Astral Weeks » et « His Band and the Street Choir »

[Réédition] Van Morrisson : « Astral Weeks » et « His Band and the Street Choir »

05 décembre 2015 | PAR Jean-Christophe Mary

Astral Weeks, The Way Young Lovers Do, Blue Money, Call Me up in Dreamland …Moins connu que Neil Young ou Bob Dylan, Van Morrison a pourtant profondément marqué les 60’s et les 70’s avec ces petits bijoux sonores. Le label Warner redonne vie à deux albums majeurs du songwriter irlandais où l’on découvre des chansons de grande qualité et situées au confluent du blues, de la soul, du rock, du folk irlandais et du jazz.

Astral Weeks

Pour les fans et ils sont nombreux, Astral Weeks restera encore pour longtemps dans la mémoire collective l’album légendaire de Van Morrison. Enregistré en 1968, ce chef-d’œuvre ressort ces jours-ci dans une nouvelle version remasterisée, enrichie de prises inédites. En 1968, lorsqu’il enregistre ce qui va devenir Astral Weeks, Van Morrison, alors âgé de 23 ans, a déjà un sérieux parcours derrière lui au sein des Them, à qui l’on doit des tubes comme « Gloria » et « Brown Eyed Girl ». Mais avec cet album solo, l’Irlandais opère une révolution à travers ces huit morceaux totalement inédits, venus de nulle part, d’où émane une grâce religieuse. Voilà un OVNI, un album désarmant, difficile à classer dans un quelconque courant musical, avec ces compositions pastorales, ces flûtes traversières et ces violons qui naviguent entre folk, jazz, blues et gospel. Et puis il y a cette voix particulière qui fait penser à une sorte de Mick Jagger halluciné, entre le poète et le prêcheur. Au détour de chaque titre, on ressent une sorte de dévotion, avec ce chant incantatoire qui vous colle de petits frissons dans le dos. Du majestueux « Astral Weeks » avec son final rehaussé de cordes, à « Beside You » ballade bancale et baroque, en passant par « The way young lovers do » dont l’orchestration rappelle les grandes années de Neil Diamond, où encore « Sweet Thing » et « Madame George » » où l’émotion atteint des sommets, ces huit titres mis bout à bout en font l’un des albums majeurs de tous les temps.

1. Astral weeks
2. Beside you
3. Sweet thing
4. Cyprus avenue
5. The way young lovers do
6. Madame george
7. Ballerina
8. Slim slow slider
9. Beside You (Take 1)
10.Madame George (Take 4)
11 Ballerina (Long Version)
12 Slim Slow Slider (Long Version)

His Band and the Street Choir

Sorti en novembre1970, His band and the street choir fait suite à l’album Moondance sorti lui au tout début de 1970. Contrairement à ce qu’il fait jusqu’ici, on a affaire là à un vrai disque de rythm’n’blues. Du premier titre « Domino » au dernier « The Street Choir » on retrouve la marque de fabrique qui a fait le succès de Van Morrison du début des années 70 : des cathédrales sonores élégamment construites, autour d’une étonnantes variété d’atmosphères, d’une richesse inouïe au niveau des orchestrations et des solos d’un naturel déconcertant. A l’origine, le songwritter avait imaginé et pensé à sortir un album uniquement a cappella. Mais l’histoire en décida autrement. Tant mieux car His Band and the Street Choir montre une autre facette de son immense talent. Van Morrison est blanc irlandais mais chante, transpire sa musique comme un noir américain. On y trouve du rythm‘n’blues torride « Domino », « Give Me A Kiss », Blue Money », « Sweet Jannie », de la soul langoureuse avec ces « Crazy Face », « Gypsy Queen « et « If I Ever Needed Someone » mais aussi du funk endiablé avec ce « I’ve been working ». A la sortie de l’album aux USA, des titres « Domino », « Blue Money » et « Call Me Up In Dreamland » ont été des tubes. Avec ses orchestrations sous haute tension mais toujours bien maîtrisées, His Band and the Street Choir est hymne à la vie. Fortement recommandé.

1. Domino
2. Crazy Face
3. Give Me A Kiss
4. I’ve Been Working
5. Call Me Up In Dreamland
6. I’ll Be Your Lover, Too
7. Blue Money
8. Virgo Clowns
9. Gypsy Queen
10. Sweet Janine
11. If I Ever Needed Someone
12. Street Choir
13. Call Me Up In Dreamland (Take 10)
14. Give Me A Kiss (Take 3)
15. Gypsy Queen (Take 3)
16. I’ve Been Working (Alternate Version)
17. I’ll Be Your Lover, Too (Alternate Version)

Visuel : (c) couverture de l’album

Tops cinéma 2015. Notre sélection des meilleurs films français de l’année
L’odeur : c’est quoi ?
Jean-Christophe Mary

One thought on “[Réédition] Van Morrisson : « Astral Weeks » et « His Band and the Street Choir »”

Commentaire(s)

  • derrouis mohamed baddredine

    i love van morrison he is the best of the music and genius thank u god u preserve u my frend….

    mai 2, 2016 at 23 h 11 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *