Pop / Rock
[Live report] Talisco à la Cigale

[Live report] Talisco à la Cigale

11 juin 2014 | PAR Hugo Saadi

Il y a presque un an, les trois jeunes hommes du groupe Talisco jouaient une de leur première scène dans l’Église Saint Eustache pour la Fête de la Musique. Depuis, ils ont fait un saut à la Maroquinerie, au Silencio et les voilà désormais à La Cigale avant de les retrouver dans trois semaines aux Solidays. C’est un trio passionné, plein de fougue et d’envie qui a réussi à enflammer le concert, annoncé complet depuis déjà quelques jours.

Dans un style très éclectique mêlant pop, folk et électro, Talisco a su conquérir la scène musicale grâce à une communication intense (« Follow Me » musique officielle des Solidays) et un mélange des genres musicaux qui saura séduire le plus grand nombre. La voix à la fois douce et cassante de Talisco aka Jérome Amandi et celles des chœurs (le bassiste et le batteur) viendront s’entrechoquer avec les accords de guitares et les coups d’éclats de la batterie. L’osmose entre les trois jeunes tous vêtus d’une chemise bleue ne quittera jamais la scène de La Cigale, offrant à un public enflammé un set virevoltant de plus d’une heure.

Le concert débute sur « Sorrow », un morceau qui nous met rapidement l’eau à la bouche. Le public commence à se déhancher, à applaudir, à crier, le sol de la salle parisienne ne tarde pas à ressentir les sautes d’humeurs d’un public qui s’échauffe de plus en plus. S’ensuivent ensuite les morceaux phares de My Home, leur premier EP sorti il y a plus d’un an et des nouveaux sons présents sur leur premier album, Run, dans les bacs depuis le 19 mai dernier. « My Home », « Follow Me » – « Glory – In Love » résonnent dans l’enceinte pleine tandis que Talisco fait le show.

Grâce à sa guitare et avec son timbre de voix ravageur, il chauffe le public, déjà bien en rythme. « Lovely », une musique plus calme et « un morceau pour les amoureux » pour le citer nous offre un moment de répit avant de découvrir la reprise de « Never Let me Down » de Depeche Mode. « Your Wish », leur morceau phare se dessine au fil des roulements de baguettes, et à ce moment-là c’est toute la salle qui s’embrase, les touches électro-pop du morceau étant connues de tous. Ils terminent avec « The Keys » un autre son tout aussi connu. Vient l’heure du fameux rappel, « bon ok, c’était prévu que l’on revienne » lance t-il d’un air amusé. Le public découvre alors une version plus particulière et inédite de « Follow Me » puis le show se terminera par « Dream Alone » qui mettra une dernière fois la foule en liesse.

C’est donc dans une atmosphère électrique où les teintes de bleus viennent rappeler la couleur de leur pochette que l’on assiste à une véritable performance musicale de la part du trio. Le bassiste n’hésite pas à s’emparer d’une guitare électrique et également d’échanger sa place avec le batteur. La cohésion au sein du groupe n’est pas à démontrer, la plupart des chansons s’effectuent à trois voix, les chœurs sont bien présents et bien mis en avant par le chanteur. Talisco, artiste en éternelle quête d’évasion nous emporte dans un tourbillon des sens grâce à une bonne heure d’un show sauvage et sensible. Un air de nouveauté règne sur la nouvelle scène musicale française à travers ce trio très prometteur qu’il nous tarde de retrouver aux Solidays ou sur les plages corses pour Calvi on the Rocks.


Visuels © Hugo Saadi

« We will not die in a civilized way », un photo-reportage sur les Guarani-Kaiowa de Caarapó au Brésil par Marcio Pimenta
Terra Formas tome 3 : Starship trooper
Hugo Saadi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture