Pop / Rock

[Live report] Release party de Jeanne Added au 104

[Live report] Release party de Jeanne Added au 104

12 juin 2015 | PAR Pierrick Prévert

Jeanne Added fait partie de ces artistes déroutantes, inclassable tant elle touche à tout, au talent vaste et qui, malgré un foisonnement de projets, donne l’apparence de la facilité. Que ce soit au sein d’une formation jazz Yes Is A Pleasant Country (du nom du poème d’E. E. Cummings), ou précédemment dans le trio post-grunge Linnake, ou auprès de Rachid Taha pour une reprise de Now or Never d’Elvis Presley, ou encore avec Marielle Chatain avec qui elle a tourné en duo pendant un temps, Jeanne Added a été sur tous les fronts à expérimenter, oser… Et réussir. Il ne lui manquait qu’un projet sur son nom.

Après avoir sorti un premier EP sur son nom en 2011 conceptuellement centré autour de poèmes mis en musique (dont d’ailleurs, la coïncidence mérite d’être soulevée, un autre du poète américain E. E. Cummings qu’elle semble particulièrement affectionner), enflammé les playlists de soirée avec son titre post-punk dément et à la tension explosive “A War Is Coming” en fin d’année dernière, subjugué les publics des Trans Musicales et du Printemps de Bourges (entre autres), Jeanne Added a mis au monde le 1er juin dernier son premier album Be Sensational réalisé sous le haut patronnage de Dan Levy de The Dø.

Ce qui nous amène après cette brève présentation à ce jeudi 11, dans un 104 plein à craquer de fans, d’amis, de familles et de pros – bref, un public de release party. C’est dans une chaleur écrasante et accompagnée de la (très prolifique) batteuse Anne Paceo, elle aussi issue du jazz, et de la claviériste Narumi Hérisson du groupe Tristesse Contemporaine, que Jeanne Added nous a présenté l’ensemble des titres de son très réussi premier album, qui se situe au croisement de l’électro, du rock, de la pop et qui alterne sonorités post-punk, hip-hop et soul.

« Make me love you, be sensational, make me fall for your mistakes, scratches and flaws »

Viscérale, cou tendu, mains vers le ciel, petit mouvement sec de l’épaule pour appuyer un beat, regard intense, ou encore petits pas de danse, Jeanne Added n’a pas fait que chanter ses morceaux : elle les a vécus, et a tenu à prendre des risques en en étirant certains, insérant des breaks et renforçant quelques sections. Et il était facile de les vivre avec elle tant la démarche paraissait sincère.

Ainsi, dans ses chansons les plus sentimentales comme l’éponyme de l’album “Be Sensational”, avec laquelle elle ouvrit la soirée, la magnifique et profonde “Look At Them”, ou encore l’ultime “Suddenly”, on s’est parfois demandé si l’émotion ne finirait pas par la submerger, et nous avec. C’est donc avec bonheur que nous avons accueilli les plus énergiques et dansantes “It”, à la fin de laquelle elle attrapa une baguette et se joignit à la batteuse, “Back to Summer” ou encore “A War Is Coming”, qui nous ont permis de retrouver nos esprits entre deux assauts émotionnels.

Point d’orgue notable du concert : lors du premier rappel, Jeanne Added s’est retrouvée entouré de quatre choristes supplémentaires, parmi lesquelles Camelia Jordana (ex-Nouvelle Star) et Karine Séraphin pour interpréter « Night Shame Pride » en gradation : d’abord seule, puis à trois voix, pour terminer à cinq. Quand ensuite elle chanta, basse à la main, une reprise de « Five Years » de David Bowie et que résonnèrent les paroles “I never thought I’d need so many people”, il était difficile de ne pas se demander si c’était à comprendre en écho des remerciements à tous ceux — toutes celles ? — qui l’accompagnaient.

«I never thought I’d need so many people »

Au milieu de tous les titres de son dernier album, deux morceaux plus anciens auront été joués : “Miss Universe”, qu’elle interpréta seule avec sa Fender, ainsi que “The Ballad of Camden Town”, issu de son premier EP et basé sur le poème du même nom de James Elroy Flecker. On regrettera peut-être, histoire de pinailler, l’absence d’interprétation lors de ce concert du morceau “He Comes Back”.

Jeanne Added le sait, et cette release party ne le dément pas, tout se passe actuellement sous les meilleurs auspices pour elle : le public est ravi, la presse l’est aussi, elle est invitée partout (et notamment au Grand Journal avant-hier), et à la vue du sourire radieux et regard brillant d’Anne Paceo pendant tout le concert et des baisers qui lui ont été soufflés par Narumi Hérisson à l’issue du dernier morceau, elle dispose d’une bonne équipe avec qui développer son projet. Nous ne pouvons que lui souhaiter, sans trop nous inquiéter, une bonne route.

Setlist :

1) Be sensational
2) Miss it all
3) A War Is Coming
4) It
5) Look at Them
6) Miss Universe
7) Balad of Camden Town
8) Ready
9) Back to Summer
10) Lydia
(Rappel)
11) Night Shame Pride
12) Five Years (David Bowie cover)
(Rappel)
13) Suddenly

Visuels : (c) Naouel Z. (1,4,5) et Pierrick Prévert

L’EHESS fête son 40ème anniversaire
Les soirées du week-end du 12 juin
Pierrick Prévert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *