Pop / Rock
[Live report] David Lemaître au Point Ephémère : un public conquis

[Live report] David Lemaître au Point Ephémère : un public conquis

20 septembre 2013 | PAR Amelie Eleouet

coversmallDavid Lemaître était mercredi soir sur la scène du Point Ephémère pour faire découvrir son premier album Latitude, sorti en juin dernier. Né à la Paz en Bolivie, amoureux des grands espaces, il vit désormais en Europe et a enregistré son album à Berlin.

20h30, mercredi soir. The George Kaplan Conspiracy (en référence au personnage de La Mort aux trousses de Hitchcock), groupe de pop électronique originaire de Dijon (premier EP sorti en mars dernier) ouvre les festivités.

Leurs morceaux aux influences 80’, rythmés et très accrocheurs, chauffent la salle – ce fameux moment où tout le monde dodeline de la tête et tape du pied en chœur. On retiendra deux titres en particulier, « Make Me Shine » et le très efficace « Phoenix & Rapsodie ».

Le temps d’un interlude et d’installer ses instruments, David Lemaître leur emboîte le pas. Et l’on n’est pas déçus par sa performance scénique, et surtout pas par sa belle voix puissante qu’il module à merveille.

Accompagné d’un violoniste et d’un batteur percussionniste, il déroule les titres de son album avec une grande aisance, tout en réussissant à mettre le public dans sa poche, en racontant son parcours et quelques anecdotes personnelles.
« Magnolia », sans doute le plus beau titre de l’album (et au son duquel on ne peut

s’empêcher de penser à Patrick Watson), a ainsi été inspiré par deux de ses amis et par la frontière ténue entre l’amitié et l’amour qui les lie.

Puis la salle jubile aux premières notes de « Megalomania », morceau le plus rythmé et qui passe actuellement beaucoup sur les ondes.

Après une heure de concert, David Lemaître reprend « River Man » en hommage à Nick Drake, l’une de ses plus grandes influences musicales.

Un rappel plus tard et il salue un public sans aucun doute conquis.

Visuel : (c) pochette de Latitude de David Lemaître

Les marchands, le clair-obscur de Joël Pommerat 9 ans après
Que faire pour la nouvelle édition de la nuit blanche?
Amelie Eleouet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *