Pop / Rock
[Chronique] « Rave Tapes » de Mogwai : une balade onirique et profonde

[Chronique] « Rave Tapes » de Mogwai : une balade onirique et profonde

23 janvier 2014 | PAR Camille Hispard

Le très mythique groupe de post-rock instrumental écossais distille dans son huitième album Rave Tapes dix titres bouleversants qui montrent que vingt ans après ses débuts, Mogwai continue à réinventer sans cesse son univers torturé.

[rating=5]

Rave_tapes_coverÇa commence comme la découverte de cimes enneigées de l’Himalaya dans une forme de brume ténébreuse qui implose avec quelques accords de guitares électriques un peu crados.  La patte cinématographique absolument planante de Mogwai nous percute immédiatement les tympans. Des images et des imaginaires se créent dans notre nébuleuse mélancolique. Le titre d’inauguration « Simon Ferocious » prend des allures de parade woodstockienne avec des guitares psychédéliques et aériennes en guise de chant nuptial.

Le son est plus brut, plus plein que pour leur dernier et somptueux album, B.O de la série Les Revenants sortie en 2013. C’est le second titre « Repelish » qui confirme cette entrée en matière plus rock, rythmée par des paroles lancinantes et obsédantes.

Ce tournant nettement plus costaud se ressent tout au long de l’opus qui a la force de mettre en avant des parties instrumentales qui percent comme des grands coups d’éclairs qui déchirent l’horizon.

https://soundcloud.com/subpop/mogwai-remurdered

Les grosses rythmiques annoncent les envolées sauvages des guitares ultra-présentes et des claviers mélodiques comme dans « No Medicine for Regret ». Il y a quelque chose qui est de l’ordre du désir suprême et du chaos qui nous rappellent Sexuality de Sébastien Tellier.

Mention spéciale à la lunaire et décadente chanson numéro 8, « Heard About You Last Night » qui est un petit chef-d’œuvre d’explosions musicales et sensitives.

Car ce qui fait la force de ces Écossais flamboyants réside dans la subtilité des changements atmosphériques. Comme un ciel qui se nourrit des différentes lumières spectrales, on nous emmène vers l’ailleurs, sur des ondes d’une beauté sourde. Rave Tapes est une invitation aux rêveries vagabondes d’âmes égarées : une palette sonique merveilleusement maîtrisée par Mogwai.

Mogwai, Rave Tapes, 2014, Rock Action / [PIAS]

Visuel : (c) pochette de Rave Tapes de Mogwai

Soazig Quéméner : « NKM la présidente »
De l’art du rire : 3 bonnes raisons de ne pas manquer Alex Vizorek au théâtre du Petit Hébertot
Camille Hispard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture