Musique
Playlist de la semaine (93)

Playlist de la semaine (93)

29 novembre 2014 | PAR Bastien Stisi

Le nouvel EP de Mogwai, le clip émanant du premier LP de La Féline, la première partie du diptyque clipé d’Aquilo…la playlist de la semaine, rendez-vous hebdo confectionné par Toute La Culture, rien que pour vos oreilles et pour vos tympans exigeants :

1. Mogwai, « Teenage Exorcists »

Mogwai sait donc chanter. On en avait déjà eu la sensation sur leur dernier album Rave Tapes, sur lequel les émanations vocales n’étaient plus systématiquement passées sous l’acceptation de vocodeurs robotiques. On nous le signale encore davantage sur ce « Teenage Exorcists » (issu de leur EP Music Industry 3. Fitness Industry 1, à paraître le 1er décembre), un morceau sur lequel les Écossais, vus il y a un mois au Pitchfork Music Festival, ordinairement plutôt familiarisés avec le dialogue exclusif des guitares, font valoir un timbre vocal qui les rapprochent quelque peu d’Interpol, le tout porté par un clip stellaire et organique. C’est Nolan qui va être jaloux.

2. La Féline, « Les Fashionistes (au loin) »

Après avoir passé des années à attendre la parution de son premier LP Adieu L’Enfance, paru le mois dernier (le projet existe depuis 2009), Agnès Gayraud, que l’on connaît davantage sous le nom de La Féline, passe enfin à la vitesse supérieure : après la sortie de son album et une date cette semaine au Nouveau Casino, la Française fait ainsi paraître aujourd’hui le clip des « Fashionistes (au loin) », qui évoque les salons mondains par le biais du son et les horizons urbains par le biais des images. Agnès traîne ainsi au pays des merveilles (relatives), y croise lapins, tours sans cimes et itinérants du bitume, et confirme un esthétisme : celui qui croise avec efficacité le monde des rêves pas trop tordus et celui de la réalité remémorée.

3. Camp Claude, « Lost And Found »

Grosse actualité pour la Française Diane Sagnier : outre la signature de son projet Camp Claude (qu’elle mène, la production le souligne, avec deux membres de Tristesse Contemporaine) chez Believe Recordings, on signale l’arrivée du clip du synth-sensuel « Lost And Found », dans laquelle la chanteuse minaudeuse se fait multi-instrumentiste (on la voit à la basse, à la guitare, à la batterie), ainsi que son passage prochain le 6 décembre aux Bars en Trans, et en avril au Point Éphémère. Elle y jouera son EP Hurricanes, et confirmera une tendance : par rapport à son tout jeune âge (le projet a un peu plus d’une année), il semblerait bien que Camp Claude soit en avance.

4. Aquilo, « I Gave It All (Part 1) »

Un duo de garçons adolescents (l’un est l’archétype du pote sympa destiné à rester un pote sympa, et l’autre celui du tombeur de minettes pas trop sûres d’elles), et au milieu des deux, une fille, adolescente aussi. On croit d’abord deviner une romance de celle-ci avec le premier garçon, avant de comprendre que c’est avec le deuxième qu’elle finira par partager les effluves charnels les plus intimes. À première vue, le pitch du « I Gave It All » d’Aquilo, ce duo de jeunes Anglais produits par SOHN, paraît être à ranger dans les romances nauséabondes façon Twilight. Mais force est de constater qu’après avoir pris le temps de regarder l’illustration visuelle de ce morceau qui fait grimper la mélancolie lyrique à des hauteurs vertigineuses, on est pressé de savoir ce qu’il adviendra de ce garçon au regard rieur et triste, au sein de ce panorama qui a eu la bonne idée de faire figurer en son sein une falaise à l’allégorie évidente…Le clip d’Aquilo est en effet divisé en deux partie, et celle-ci paraîtra le 8 décembre, à l’occasion de la sortie de leur premier EP Human. Bien joué.

5. Ambrøse, « Le Dernier Homme »

Si c’est vraiment ainsi que se termine le Monde, on a presque hâte que viennent les trompettes (pop) de l’apocalypse : « Le Dernier Homme » est le premier morceau clipé d’Ambrøse, le projet encore embryonnaire d’une fille (Félicie Moreau) et d’un garçon (Alexandre Hiron) metteurs en scène d’une synthpop (dé)culottée (dans le clip du « Dernier Homme » règnent des femmes relativement peu vêtues…), aérienne (il y a aussi un avion dans le clip…), et irrésistiblement adoucie. Et le tandem a raison de citer The XX dans ses sources d’inspirations centrales (il aurait pu adjoindre le nom de Molly Nilsson) : car il partage avec le groupe de la cité mancunienne la prédominance des chromosomes féminins, l’évocation des sentiments érotiques, la pop éthérée et fantasmagorique. Soit la recette parfaite pour avoir l’ambition de reconstruire le Monde, lorsque celui-ci sera tombé.

6. Bikini Machine, « Stop All Jerk »

Avec « Stop All Jerk », extrait de leur nouvel album Bang On Time !, les Bikini Machine continuent de filer dans la direction des Black Keys ou du dernier album d’Arctic Monkeys, et injectent un blues-rock huileux, baroudeur et hautain, aussi soucieux de mélodies désinvoltes que de gimmick rock d’un autre âge. Celui -ci aurait pu servir de bande-son à l’adaptation du Sin City de Frank Miller par Robert Rodriguez, ou peut-être plutôt à son Desperado, puisque l’on se souvient que le groupe rennais avait justement proposé en 2011 un ciné-concert autour du mariachi au cœur tendre et à la grosse artillerie. Arrêt des secousses ? Please, pas pour tout de suite.

7. Mondkopf, « We Watched The End »

Après l’inaudible et toutefois passionnant Extreme Precautions, ce projet annexe mêlant bruitisme hardcore et electronica camisolée que le DJ et producteur a mené il y a quelques semaines, Paul Régimbeau réenfile le costume plus apaisé (ou du moins moins violent) de Mondkopf, et livre un clip (celui du significatif « We Watched The End ») mettant en scène un corps noyé poursuivant sa route inerte à travers un océan de nappes silencieuses, de vapeurs lumineuses, d’évocations de l’Après. L’électro clinique trouve ici une illustration nécrophile (et paradoxalement, gracieuse), et n’est à mettre, une fois encore, qu’en travers les rétines les moins sensibles. Les plus superstitieux pourront, quant à eux, se rassurer : car l’âme du défunt semble connaître une fin heureuse en quittant le domaine des flots pour rejoindre celui du ciel, et ce même si, on se souvient que « We Watched The End » est issu d’un album dénommé Hadès

Les morceaux de la playlist sont à retrouver sur la page Deezer de Toute La Culture.

Visuel : (c) pochette de Music Industry 3. Fitness Industry 1 de Mogwai

Découvrez en exclusivité des extraits de Praia do futuro
[Critique] Les pingouins de Madagascar : Un spin-off réjouissant
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *