Jazz
Mort de Lucky Peterson, la disparition d’un grand jazzman

Mort de Lucky Peterson, la disparition d’un grand jazzman

18 mai 2020 | PAR Zeliechloe

Lucky Peterson, grand jazzman reconnu dans le monde entier, est mort à 55 ans.

Le musicien américain c’est éteint ce weekend. C’est sur Facebook que la triste nouvelle a été annoncé. Sur le poste on peut lire : « C’est avec une immense peine que nous vous annonçons le décès de Lucky Peterson, survenu le dimanche 17 mai 2020 à 14h25 CST à Dallas, Texas. Il était chez lui lorsqu’il est tombé malade et a été transporté d’urgence à l’hôpital, dans un état critique. Malheureusement, les médecins n’ont pas pu le ranimer. »

 

Musicien talentueux il a commencé sa carrière très jeune. Né dans une famille musicienne, fils du chanteur et guitariste James Peterson, il est très jeune entraîné sur la scène. Alors qu’il jouait de l’orgue dans le club de son père il a été repéré par Willie Dixon à seulement 5 ans. Quelque temps plus tard, il est l’invité du Ed Sullivan Show. Enfant prodige et petit protégé de du bluesman Willie Dixon. Il enregistre son premier album avec l’aide ce dernier à seulement 5 ans. Le talentueux Lucky Partson commence ainsi sa carrière en jouant de l’orgue et en chantant. 

 

Par la suite il suivra des études à la Buffalo Academy for Visual and Performing Arts, où il apprend notamment le cor d’harmonie. A la fin des année 1980 il a déjà enregistré plusieurs albums. Durant sa carrière ils vas collaborer avec de nombreux artistes : Bootsy Collins, bassiste avec qui il formera un duo quelque temps, la chanteuse Mavis Staples, le trompettiste Wynton Marsalis… En 2008 il collabore avec Ayo pour son album Gravity at Last. 

 

Internationalement reconnu, il était présent sur la scène française. Habitué de festival tel que Jazz à Vienne ou du club parisien New Morning. Son dernier album, parut en 2019 est signé avec le label français Jazz Village. L’album intitulé Just Warming Up ! était la pour célébrer les 50 ans de musique de l’artiste. Ce demi siècle vue comme un « échauffement » par l’artiste… La disparition précoce du multi-instrumentiste laisse le monde du jazz endeuillé. 

 

 

 

 

visuel : © PhotoRiffs 

L’agenda culturel de la semaine du 18 mai
Michel Piccoli, la mort d’un géant.
Zeliechloe

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *