Musique
Live Report: Les 15 ans de Tôt ou Tard au Cabaret Sauvage le 14/06/2011

Live Report: Les 15 ans de Tôt ou Tard au Cabaret Sauvage le 14/06/2011

16 juin 2011 | PAR Moriane Morellec

Le label Tôt ou Tard fêtait ses 15 ans dans l’ambiance feutrée du Cabaret Sauvage le 14 juin 2011. Ben Howard, L, Thomas Fersen, Yaël Naïm, Dick Annegarn, Les Têtes Raides et Shaka Ponk ont assuré une soirée de qualité.

Parquets de bois foncé, sièges et canapés recouverts d’un lourd velours rouge, tentures au plafond faisant écho au chapiteau d’un vieux cirque: bienvenue au Cabaret Sauvage. En cette chaude soirée, les invités sont éparpillés au sein du lieu, à la terrasse fumant une cigarette, au bar un verre à la main tentant de se rafraîchir, assis au centre de la salle attendant patiemment la musique à venir. Alex Dauchez, directeur général de Deezer et Vincent Frèrebeau, directeur artistique et du label Tôt ou Tard remercient discrètement l’audience de s’être déplacée en souhaitant simplement un bon concert.

C’est Ben Howard qui ouvre le 4ème Deezer Offline. Chaussures en toile, tshirt blanc imprimé d’un surfeur, il commence la chanson « Under the Same Sun » en tapping et percussion sur la même guitare, voix légèrement cassée mais toujours juste – une vraie découverte. Accompagné d’India Bourne au violoncelle et de Chris Bond à la batterie et à la basse, ils enchaînent avec « Old Pine », titre éponyme du nouvel album, où la jolie mélodie porte avec une facilité désarmante la voix de l’anglais. A noter, sa guitare est jouée à la manière d’un gaucher, et n’entrave en rien la qualité du jeu aux sonorités presque celtiques. Finalement, trois titres oblige, le groupe termine sur « Wolves », avec un goût de pas assez pour le public.

 

L est la prochaine à emprunter la scène au son du très oriental « El Djazaïr ». Une plume impeccable, la salle se taît pour absorber et boire chacune de ses paroles. Un brin timide, une voix sur le fil du rasoir, le prochain titre est «Je Fume », qu’L présente comme « parlant de sa grand-mère ». « Petite », le titre qu’L interprète sur les plateaux et à la radio conclut un set teinté de romantisme.

 

C’est Thomas Fersen qui prend la suite avec la chanson « Je Jouis ». Accompagné d’un guitariste, élégemment vétu, il continue avec le titre « Au clair de Lune » à la mélodie accrocheuse. Les influences des chansons paillardes de son enfance se ressentent clairement, surtout dans son dernier titre « St-Jean-Du-Doigt », que le public chantonne avec grand plaisir.

Thomas Fersen, avant de se retirer dans les coulisses présente un document audio hommage, où Patrick Watson et Lhasa de Sela (décédée en janvier 2010 des suites d’un cancer du sein) interprétent le magnifique « Between the Bars » d’Elliott Smith.

Après la jolie séance, le piano installé au centre de la scène annonce la venue de Yael Naim: mitaines rouges, chaussettes pailletées et escarpins vernis, elle prend sa place au piano et entame « My Dreams ». Elle explique ensuite, pour le titre « Come Home » que c’est un dialogue entre ses parents et elle, au moment où elle a décidé de quitter Israël et de s’installer à Paris. « Go to the River » est son dernier titre, cette fois-ci à la guitare, interprété après un faux départ et un « non, j’ai mal commencé ». Les artistes s’enchaînent avec une belle fluidité et la rapidité des changements de plateaux font que l’attente ne se ressent pas.

 

 

Le prochain sur la liste est Dick Annegarn, personnage très original à la voix profonde et fascinante. « Arthur Rimbaud » annonce-t-il à la foule en arrivant sur scène. Le premier titre, « Careless Love » annonce la couleur des titres à venir: des chants d’esclaves accapella teintés d’une soul ‘à la Dick’. S’en suivent « 12 Gates to the City » et « Pick a Bale of Cotton », classiques du registre gospel qui réchauffent les coeurs du Cabaret Sauvage, tapant en rythme et entonnant les paroles des chansons.

Changement de registre quand Les Têtes Raides prennent la scène. Ils interprètent les titres de leur nouvel album L’An Demain, parmi lesquels « Fulgurance », « Les Artistes » et « J’m’en Fous ». Le public bouge, danse, chante au son de la trompette et de leur performance théâtrale.

Shaka Ponk conclut ce concert anniversaire du label Tôt ou Tard, en enflammant le Cabaret Sauvage aux titres de « Let’s Bang » puis « Sex Ball », extraits de leur nouvel album The Geeks and the Jerkin’ socks. La reprise de Kim Wilde « Kids in America » termine en beauté les 15 ans du label.

Un concert de qualité, des artistes plus que plaisants, un lieu magique…Tôt ou Tard a célébré ses 15 ans en toute musicalité !

Visuels: (c) Moriane Morellec

Majâz présente Croisades au Théâtre du soleil
H&M s’associe à l’UNICEF : encore une démarche humanitaire pour le géant suédois de la fringue
Moriane Morellec

3 thoughts on “Live Report: Les 15 ans de Tôt ou Tard au Cabaret Sauvage le 14/06/2011”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *