Musique
Live Report : Elektricity à Reims -Jour 1

Live Report : Elektricity à Reims -Jour 1

08 octobre 2011 | PAR Laurene Saby

Pour la neuvième édition du Festival Elektricity, son créateur, Yuksek, offrait aux rémois une soirée 100% électro hier soir. Impatient de découvrir sur scène l’artiste dont le deuxième album a été encensé par la critique, le public était heureux de retrouver Pierre-Alexandre Busson chez lui, à Reims.

20h00. La file s’allonge devant l’entrée de la Comédie de Reims. Les adeptes de Yuksek , le sourire d’initiés aux lèvres, avec l’agréable impression de faire partie d’un évènement totalement intimiste et privé, se sont donnés rendez-vous ce soir. La salle de spectacle se remplit doucement. Habituellement réservée au théâtre, la salle a été aménagée pour accueillir ce concert, et les confortables sièges rouges ont laissé la place à une fosse qui augure des mouvements de corps.

20h30, la première partie commence, jazzy à souhait. Une ambiance New Orleans se ressent dans l’air calfeutré et cosy de la Comédie. Sur scène, Christophe Chassol et le batteur Lawrence Clais, face à face, se lancent dans un duo rythmé, avec en guise de résonnance, des séquences filmées en arrière plans, en hommage aux marching bands de la Nouvelle-Orléans. Le public est séduit mais impatient.

« Une heure d’électro made in Reims »

Une demi-heure d’attente après la première partie, les fans de Yuksek commencent à gonfler les rangs de la fosse et s’agglutinent au premier rang. Sur scène les réglages se multiplient, les lumières s’éteignent enfin, sous des cris d’encouragements. C’est parti pour plus d’une heure d’électro made in Reims, exécuté par le chef de file et enfant terrible de la ville, accompagné de ses deux acolytes, Clément Daquin à la basse et Léonie Pernet à la batterie.

 

 

 

 

 

 

 

Les mélodies du dernier album du musicien, « Living On The Edge Of Time » emmènent le public dans une transe puissante. Yuksek est chez lui, la communion avec son public est palpable. Des remerciements pour ses amis et sa famille, présents dans le public, donne à ce concert intimiste un côté encore plus touchant. Le créateur du festival Elektricity est heureux : S’il est acclamé sur toutes les scènes électro de la planète, c’est ici qu’il est fier aussi de montrer son talent. Le concert se termine par un rappel de « Tonight », le célèbre morceau qui a fait décoller la carrière de Yuksek. Une carrière, qui on l’espère, ne fait que démarrer.

(c) visuel : Laurène Saby

Parcours d’une entrepreneuse créative et éthique : Colette Guigue pour my biotiful bag
Another earth, un film beaucoup trop explicatif
Laurene Saby

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *