Musique
Live report: de la douceur avec Joseph Arthur et Joshua Radin au Café de la Danse le 18/10/2011

Live report: de la douceur avec Joseph Arthur et Joshua Radin au Café de la Danse le 18/10/2011

18 octobre 2011 | PAR Moriane Morellec

Des concerts comme celui de Jospeh Arthur suivi de Joshua Radin sont rares. Quand le talent se mêle aux douces mélodies de guitare, et la voix se fait aussi rauque qu’elle est fragile, le résultat est tout simplement beau.

Des tapis sont installés devant la scène et le public s’y place confortablement, pour apprécier le spectacle en toute sérénité. Joseph Arthur ouvre la jolie session acoustique. Il se penche et allume un projecteur sur une toile blanche. Les images s’enchaînent rapidement, et semblent représenter les toiles d’un artiste au moment où il les peint de sa main. De chaque côté de Joseph Arthur sont placées deux oeuvres, signées de sa main. Il entame un set mélodique, presque hypnotisant où sa voix grave contraste avec les aigus crées par le sampler et sa guitare électrique. Les chansons s’enchaînent comme si elle ne faisaient qu’une, et le musicien s’adresse à peine au public, comprenant qu’il est clairement dans une démarche artistique pure. Il interprète avec magie ses titres, dont « Almost Blue », « Out on a limb » et la très belle « Honey and the Moon ». Son dernier titre est en prose, où il énumère poétiquement toutes les choses dont il ne pourrait se passer, pendant qu’il attrape un pinceau et laisse place à la création. Un moment simplement magique.

Alors que le public se remet juste de l’aventure Jospeh Arthur, c’est au tour de Joshua Radin d’emprunter la scène, cette fois-ci dénudée d’artifices à l’exception des nombreux instruments et des quelques lampes de chevet. Contrairement à Joseph Arthur qui prônait la liberté (artistique, humaine…), Joshua Radin chante l’amour sous toutes ses formes – perdu, retrouvé, nouveau, passionnel, éphémère – mais toujours merveilleux et valant la peine d’être vécu. Il interprète avec aise chacun de ses titres, interpellant régulièrement les avis du public par rapport à ses nouvelles chansons – la plus récente, « Suzanne », datant du jour même ! Il vogue entre ses différents albums, (ré)interprétant avec un plaisir intense chacune de ses compositions. « I’d rather be with you », « Everything’ll be allright », « You got what I need », « Brand New Day », « The Rock and The Tide », « The One With The Light » – Joshua Radin raconte chaque chanson comme s’il contait une histoire. En coeur d’artichaut apparent, le fil conducteur de son oeuvre est l’amour, et il injecte à la salle une sensation de bien-être couplée avec des envies de dire au monde entier qu’il est beau. Le dernier titre est joué en acoustique, micros et oreillettes débranchés, pour une dernière portion de talent plus que magique.

Quelle merveille de pouvoir assister à une petite capsule de bonheur, où la jolie musique de Joshua Radin réchauffe les coeurs trempés par la pluie extérieure. En attendant le prochain rayon de soleil …

Visuels: (c) Moriane Morellec

Je suis venue, d’Israël Galvan et Gaspard Delanoë : une performance dansée aussi clownesque que féroce
Marie Tudor au Lucernaire fait basculer le texte de Victor Hugo vers le 21e siècle
Moriane Morellec

One thought on “Live report: de la douceur avec Joseph Arthur et Joshua Radin au Café de la Danse le 18/10/2011”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *