Théâtre
Marie Tudor au Lucernaire fait basculer le texte de Victor Hugo vers le 21e siècle

Marie Tudor au Lucernaire fait basculer le texte de Victor Hugo vers le 21e siècle

19 octobre 2011 | PAR Yaël Hirsch

Trois ans après la « bataille d’Hernani » (1830), le jeune Victor Hugo écrit une pièce historique en prose librement inspirée de la vie de la fille de Henri VIII, Marie Tudor. Reine et femme, amoureuse et puissante, Marie Tudor est un personnage fort dont Pascal Fabre se saisit avec grâce. Dans un respect parfait du texte de Hugo, ce dernier propose une mise en scène minimaliste sui, avec le jeu dégagé des comédiens, propulse de drame historique du 19e siècle vers notre monde contemporain.

Angleterre, 16e siècle. Marie Tudor (excellente Florence Cabaret), fille de Henri VII règne. Et impose son amant, Fabiano Fabiani (Frédéric Jeannot) à Londres qui le déteste. Simon Renard (Sacha Petronijevic), émissaire de son futur mari, le roi d’Espagne s’est promis d’éliminer ce favori gênant. de son côté, Fabiani a réalisé que l’héritière des titres et des terres qui lui ont été donnés par Marie est bien vivante. Il s’agit de la jeune et naïve Jane Talbot (Flore Vannier-Moreau). La jeune-fille ne sait rien de son hérédité et a été élevée par un ouvrier ciseleur qui l’adore et veut la prendre pour épouse : Gilbert (Pierre Azéma). Fabiani séduit Jane par intérêt. Gilbert et Renard le découvrent. Ils signent un pacte où l’homme du peuple accepte de perdre la vie contre vengeance. Une vengeance qu’il partage avec la reine : celle-ci utilise Gilbert pour condamner Fabiani à la peine capitale pour régicide. Mais la femme amoureuse reprend le dessus et Marie n’arrive pas à se décider à faire exécuter son amant. dehors, les londoniens ont soif de sang : ils veulent la tête de Fabiani.

Avec des personnages passionnés et mus entièrement par leurs passions, une solide représentation des classes et rangs sociaux, et un texte si limpide qu’il parle à tous, la pièce « Marie Tudor » de Victor Hugo est une grande œuvre. La mise en scène délicate de Pascal Fabre rend pleinement hommage à ce beau drame historique. Quelques draps, de beaux costumes, et deux cages pour suggérer la tour de Londres suffisent à donner vie à la pièce. Le reste est porté par des comédiens complétement habités par leurs rôles, faisant ressentir chaque mot d’esprit ou de cœur de Hugo. Cette version du drame historique de Hugo le fait basculer dans l’ici et maintenant, de manière à ce qu’il parle à tous.

« Marie Tudor » de Victor Hugo, mise en scène Pascal Faber, avec Pierre Azema, Florence cabaret, Stephane Dauch, Pascal Guignard, Frédéric Jeannot, Florence Le Corre, Sacha Petronijevic, Flore vannier-Moreau, Assistante Mise en scène : Sophie Lepionnier, Lumière : Sébastien Lanoue, Scénographie : Doriane Boudeville, Costumes : Cécile Flamand.

visuel : copyright : däk

Live report: de la douceur avec Joseph Arthur et Joshua Radin au Café de la Danse le 18/10/2011
Jeff Mills ouvre le cycle Eisenstein à la Cinémathèque
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *