Musique
L’icone du Jazz, Dave Brubeck est décédé hier à l’âge de 92 ans.

L’icone du Jazz, Dave Brubeck est décédé hier à l’âge de 92 ans.

06 décembre 2012 | PAR Tatiana Chadenat

Ce mercredi 5 décembre, la veille de son 92ème anniversaire, le célèbre musicien Dave Brubeck a été emporté par un arrêt cardiaque, au Norwalk Hospital (Connecticut).

Né le 6 décembre 1920 à Concord (en Californie) dans une famille de musiciens, Dave Brubeck s’oriente d’abord vers des études vétérinaires avant de commencer des études de musique qui le propulseront vers la gloire. Il devient populaire dès 1951 sous la forme d’un Quartet (The Dave Brubeck Quartet) fondé avec le saxophoniste Paul Desmond, le batteur Joe Morello et, à la contrebasse, Eugene Wright. C’est le légendaire album « Time out », vendu à des millions d’exemplaires, qui lui fera atteindre des sommets en 1959, en réunissant les morceaux « Take five » « Blue Rondo à la truck » « Three to get ready » dont le style – contrepoint, polyphonie, et expérimentation des rythmes – est resté célèbre aujourd’hui.

Après quinze années, le quartet se dissout en 1967 , mais le musicien et compositeur Dave Brubeck poursuit sa carrière en trio avec d’autres musiciens et notamment ses fils à partir de 1972 (Two Generations of Brubeck). Ne s’arrêtant jamais de composer (deux ballets, une comédie musicale, un oratorio, quatre cantates, une messe, des oeuvres pour formations de jazz et orchestres et plusieurs pièces pour piano seul) ni de jouer, l’insatiable Dave Brubeck, à l’origine de plusieurs quators, a donné des concerts partout dans le monde, enchaînant festivals internationaux et représentations solennelles – la Maison-Blanche en 1964 et 1981, le sommet de Moscou en 1988 -.

Fort d’une riche carrière qui l’a décoré de quatre diplômes honorifiques (le BMI Jazz Pioneer Award et l’American Eagle Award de 1988, présenté par le National Music Council), l’artiste donnait encore des concerts à 89 ans, notamment à Toronto en 2007 à l’occasion du cinquantenaire de son album Time Out. Il s’est même produit l’année dernière le 9 novembre au Kennedy Center Concert Hall de Washington DC.

Bien que fidèle à sa formation classique, l’artiste s’est évertué à sortir des conventions du jazz pour offrir des rythmes uniques à l’époque, que l’on fredonnent toujours aujourd’hui.

Jeroen Willems, la chute d’un dieu
Quand les rockeurs donnent un coup de pouce au Père Noël
Tatiana Chadenat

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *