Théâtre
Jeroen Willems, la chute d’un dieu

Jeroen Willems, la chute d’un dieu

06 décembre 2012 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Il y a des spectacles qui marquent un festival avant que l’on comprenne qu’ils marqueront du sceau du souvenir tous ceux qui l’ont vu. La chute des Dieux donné en 2004 fait partie de ceux là.  Son principal comédien, Jeroen Willems a été terrassé d’une crise cardiaque à l’âge de 50 ans le lundi 3 décembre.

Cour du Lycee Saint Joseph, Johan Simons et Paul Koek adaptent les Damnés de Luchino Visconti. « La Chute des dieux en reprend la trame principale. Membre fanatique des SS de Himmler, Aschenbach convainc Friedrich Bruckmann, directeur des aciéries et amant de la baronne Sophie, de porter Hitler au pouvoir. Meurtrier du baron von Essenbeck, Bruckmann récupère les pleins pouvoirs sur les aciéries des mains du jeune héritier Martin, le fils névrosé de Sophie, une Lady Macbeth moderne. Le basculement de l’Europe vers le fascisme enserre ce huis clos familial. »

20 juillet 2004, plus de 3 heures de spectacle dans une nuit glacée par le mistral. Public scotché. Standing Ovation. On découvre Jeroen Willems, artiste protéiforme pouvant incarner le mal absolu, pouvant muer en quelques secondes. Cette même année il avait créé en français Deux voix d’après les textes de Cor Herkströtter et Pier Paolo Pasolini. Sa carrière s’étend aussi au cinéma et à la télévision où il a reçu de nombreux prix.

Il est mort en pleine répétition d’un spectacle dédié à l’anniversaire du Théâtre Royal Carré d’Amsterdam. Malade, il a été transféré à l’hôpital Notre Dame où il est décédé d’une crise cardiaque. 

Visuel : Capture d’écran Festival d’Avignon.com, photo de C. Bellamy

Romain Collin illumine le Sunside
L’icone du Jazz, Dave Brubeck est décédé hier à l’âge de 92 ans.
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A propos

Toute La Culture : Comment choisir ?
Toute La Culture est un magazine d'information pluridisciplinaire et national. Il regarde notre societé par les yeux des tendances et de la culture. Fondé en 2009, il est reconnu comme journal en 2012 puis d' Information Politique et Générale (IPG), en 2017

L’objectif de Toute La Culture est véritablement de parler de TOUTE la culture : un film d’animation d’Europe de l’Est comme blockbuster américain à énorme budget, un récital lyrique comme un nouvel album de rap, la beauté et les tendances sont abordées d’un angle culturel et même les sorties en boîte de nuit et les nouveaux lieux à la mode sont dans nos pages. Enfin, les questions politiques d’actualités sont au coeur de nos articles : covid, #metoo, mémoire, histoire, justice, liberté, identité sont au cœur de nos réflexions à partir des spectacles et œuvres que nous voyons comme critiques. Non seulement nos rédacteurs se proposent être vos guides et de vous aider à choisir dans une offre culturelle large, à Paris, en France, en Europe, mais c’est parce que Toute la Culture brasse large que, dans ses quinze articles quotidiens, le magazine doit avoir un point de vue arrêté sur l’actualité. Et ce point de vue part du principe que l’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.
Soyez libres… Cultivez-vous !

Soutenez Toute La Culture