Musique
Les Stupéfiants Stupeflip en Concert

Les Stupéfiants Stupeflip en Concert

02 mai 2011 | PAR Claire Linda

Le groupe ou plutôt le CROU c’est Julien Barthélémy alias King Ju /Pop Hip, Stéphane Bellenger alias Cadillac et Jean-Paul Michel alias MC Salo. Le groupe développe un univers jubilatoire entre un rap corrosif et le discours d’un gamin turbulent. L’univers s’articule autour de l’histoire mythique du C.R.O.U., une organisation mystérieuse fondée en 1972 composée de trois membres, dont le but est de « terroriser la population et par là même instaurer une nouvelle ère : l’ère du Stup ».

Des paroles en cascade et un débit fleuve telle une roue de Ducati poussée  à une vitesse proche de la folie. C’est Stupeflip, sorte de chevaliers de l’ère du Stup ; des gars allergiques au concenssus mou, aux flasques biens pensant, « des p’tits gars vénères » qui invoquent l’utopie, parlent vrai, avec humour, quelques riffs punks,  une bonne dose de cynisme à la Teki Latex, et de jeux de rôles, des paroles absurdes, en accord avec leur univers décalé, qui s’articule autours de la religion du stup, des « frères qui  rapent tout » crédibles :   « ma crou trip sous crack, c’est l’ASF association de stup fanatiques à but non lucratif »

Stupeflip vite « tu l’as séquestré, bayonné, ligoté », « dans ton fort intérieur y’a un enfant qui pleure » « reconnais le p’tit gars qui est en toi » «utopiste debout », sur le titre « la Menuiserie »« Prendre des p’tit s bouts d’truc et puis les assembler ensemble et écouter les résultats tranquille dans ma chambre », sur « Gem lé moch » « j’aime les pauv’ moeufs qui rouillent, maquillage qui part en couille, tronche en ratatouille, «celles qui font chialer les miroirs » . Tout le monde y passe, même Mylène Farmer (si si ), un vrai show/épopée sur CD, qui sur scène doit avoir l’ampleur d’un film à la Monthy Python version trash.

 

Les Stupéflip seront en concert au Bataclan, les 3 et 4 mai 2011 et c’est évidemment complet, mais une date à l’Olympia est annoncée pour le 1er Novembre 2011 !

Photo : Anthony Ziemski (site web du photographe, ici).

Infos pratiques

Sufjan Stevens le 9 mai à l’Olympia
Mort d’Ernesto Sabato, la littérature et l’Argentine en deuil
Claire Linda

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *